Sans adénome prostatique: méthode de traitement

Méthode de traitement de la prostate d'un mode de vie sain, en demande dix langues, efficace, fiable et sans effets secondaires

Cher lecteur, avant de vous proposer d’étudier et de mettre en œuvre la méthode «Sans adénome prostatique », je vous prie de lire mon message clé.

L’œuvre propose comporte au total douze sujets. Onze sujets sont complètement ouverts pour étude ci-dessous. C’est fait exprès pour que vous n’ayez pas l’ombre d’un doute sur l’originalité de l’ouvrage et l’honnêteté de l’auteur (je pars du principe que la plupart de gens ayant ce diagnostic ne font confiance à personne, et surtout pas à Internet). Une partie (la huitième) est bloquée à l’accès libre, donc moi, en tant que créateur du site, je l’envoi personnellement par e-mail pour une rémunération. Le prix est contractuel entre vous et moi. Proposez votre prix, je vais négocier de mon côté. Si vous écrivez un message à mon adresse électronique (gb.1964@yandex.ua) en français, votre langue maternelle, avec des phrases simples, sans fautes grammaticales, je vais absolument vous répondre également en français, à l’aide d’un programme de traduction électronique.  Mes langues maternelles sont le russe et l’ukrainien. Je vous conseille de commander cette partie après avoir lu toute la méthode.  Je vais donc dire quelques mots sur l’article. Il n’est pas très volumineux, mais il est essentiel, car pour comprendre les savoirs qui y sont décrits j’ai perdu presque cinq ans.  Vous ne trouverez ces données dans les encyclopédies, comme vous ne le trouverez nulle part.  Cependant tout est dans le cadre de la science.  La qualité de sa traduction correspond à la qualité de la traduction de tout le site, y compris du texte que vous êtes en train de lire.

Ce sont les règles qui combinent l’application des lois physiques simples avec de la physiologie, ce qui permet de détruire la maladie d’une manière délibérée, à chaque entraînement, jour par jour, et après le rétablissement  pratique la gymnastique (à volonté) dans un régime d’entretien.  Après avoir compris les lois qui y sont formulées, à notre époque commerciale je crois le gi gong médical ou le yoga indien les sectes hiérarchiques créées pour l’enrichissement de nombreux pseudo moniteurs, et pas un système de rétablissement (je demande pardon à leurs adeptes).

Sans le huitième sujet la méthode ne serait pas complète.   Je sais qu’il existe un certain nombre de personnes qui essaient de l’étudier les savoirs que je propose sans ce sujet. Je peux vous dire du coup qu’il y aura sans doute une amélioration, mais elle ne sera pas stable, comme la courbe sinusoïdale dans les coordonnées plates en mathématiques (tant bien que mal).   Je comprends très bien que chaque malade ayant le diagnostic de l’adénome prostatique ou la prostatite chronique s’est perdu déjà depuis un certain temps dans un flux infini de données et d’informations. On trouve sur Internet une quantité énorme de conseils dangereux, de sites inutiles, de la publicité absurde et sans aucune valeur. Parfois la personne qui essaye de se soigner après avoir recueilli des informations des plusieurs sources aboutit à une absurdité complète et à l’usage qui fait du bien aussi bien que du mal.  Un peu plus tard je vais citer un exemple de mon expérience.   La mise en œuvre partielle de la méthode va réduire vos efforts à rien.  Ici, contrairement à d’autres sources, tout est pas seulement bien exposé, mais aussi bien fondé du point de vue scientifique. Vous ne trouverez pas de pareil exposé nulle part. La plupart de vous avant de trouver ce site a dépensé beaucoup de forces, de moyens, de temps. Soyez raisonnable.  A quoi bon faire des exercices en vain, si on peut les faire pour le bien?  On vit conformément  aux lois selon lesquelles tout ce qui est utile et a une valeur pour la société est presque toujours payant.

Attention! Le texte du sujet fermé est protégé contre la diffusion récurrente ultérieure par les programmeurs qui maintiennent le site.

Encore un message.

Je donne des consultations individuelles du début du traitement jusqu’au rétablissement complet  en contact personnel, ou bien par correspondance. C’est à vous de choisir. Les diagnostics: hyperplasie bénigne de la prostate, autres problèmes de la prostate, hypertonie, hypotonie, psoriasis de la peau, allergie liées aux voies respiratoires. La rémunération selon l’évolution. En cas du respect rigoureux de mes recommandations, je garantis un résultat positif.

Vous pouvez me contacter d’une façon qui vous convient mieux. Les variantes :
Par courrier électronique : gb.1964@yandex.ua    (le plus sûr).
Par skype: gb.1964

Dans ce cas-là vous devez connaître l’ukrainien ou le russe ou vous avez besoin d’un traducteur.

Et enfin directement par le site. A gauche de chaque page il y a une annonce avec un bouton: «Ecrire à l’auteur». Cliquez sur ce bouton, c’est facile.  Je vous prie d’écrire sans faute en votre langue maternelle. Je suis réel, pas virtuel, je n’ai pas d’équipe et de robots, je réponds personnellement et j’essaie de le faire sans délais.

Effectuez le paiement par le transfert «Western Union». Dans la plupart des pays les banques les acceptent bien qu’il y a des exceptions. Coordonnées pour le payement: Ukrainе, bénéficiaire – Plotyan Gennadiy   Tout est simplifié au maximum,   il ne faut aucunes autres informations.  Après avoir fait le virement la banque vous donnera son code numérique, par exemple: 1234567890.  Je vais vous envoyer le huitième sujet après avoir reçu à mon adresse électronique votre mandat de virement contenant le code numérique  du virement, l’indication du pays d’expédition,  le nom et le prénom de l’expéditeur (tout en lettres latines),  la somme précise en dollars et cents US. J’utilise exprès la police de la couleur rouge et j’explique tout en détail pour que vous n’ayez pas de questions.

Cela étant dit je vous recommande d’évaluer mes compétences et je vous demande d’écouter et regarder attentivement  tout ce que je vais vous raconter et vous montrer.

L’un de vous va saisir les sens de mes savoirs instantanément, l’autre tranquillement après plusieurs visionnages, le site est conçu spécialement pour qu’on puisse visionner plusieurs fois.

Je peux être trop méticuleux, je peux faire des répétitions. Mais je veux noter qu’en créant cette méthode je n’avais pour objectif de faire de la démagogie, et même pas soulager les symptômes douloureux, mais vous aider à oublier votre verdict complètement. Je prie toutes les personnes intéressées de me soutenir avec leur zèle,  assiduité et sens de discipline dans la mise en œuvre de la méthode.
Il faut également noter,  que beaucoup d’informations sont exposées, mais après l’étude vous comprendrez que cela ne demande pas autant de temps comme on peut croire au début.
En général je ne prétends pas à l’originalité, le monde des savoirs est illimité depuis longtemps, mais il faut noter que j’en ai tiré mes propres conclusions suite à une analyse méticuleuse de mes entrainements et mes erreurs, de mon état de santé et mon mode de vie.
La mentalité stéréotype ne pourra pas franchir cette barrière de la santé. C’est pourquoi je suis sûr que vous allez entendre certaines choses pour la première fois. Mais, à la différence d’autres racoleurs d’Internet, qui d’une manière générale, sont amateurs et  incompétents, tout ce qui est exposé ci-dessous est essayé par l’auteur, et également est confirmé par des anciens malades, n’a aucun effet secondaire, possède une base fondamentale et donne un résultat réel.
Je vais traiter dans mon exposé les sujets individuels qui vont s’entrelacer au besoin.
Encore une chose, si quelque chose n’est pas clair, à la fin de chaque sujet je vais essayer de faire des conclusions avec des phrases simples et accessibles.

Et enfin le plus important. Etudiez toutes les informations attentivement.  Si vous oubliez ou bien manquez une recommandation, l’effet curatif peut se manifester  faiblement. C’est important.  C’est une tumeur douloureuse, une inflammation chronique, les deux dans certains cas. En même temps la conception est facile à comprendre et à utiliser. Si dans vos recherches vous êtes arrivés jusqu’à ce site, à mon avis, vous ne demandez pas de preuves que personne n’a pu guérir votre prostate, vous en avez des dizaines. Alors que moi, je vais les détruire. Si vous m’aidez, bien sûr.

Compte tenu des suggestions et pour faciliter votre perception je vais relever les sujets suivants:

Le premier sujet.  respiration diaphragmatique.

Le suivant, le deuxième.  SUR LA RELAXATION.

Le troisième sujet.  CHARCTERISTIQUE DE CERTAINES fonctions de l’organisme.

Le quatrième sujet.  GYMNASTIQUE AVEC DES MOUVEMENTS A L’EXPIRATION.

Le cinquième sujet.  EXERCICES QUI DOIVENT VRAIMENT RETABLIR LA SANTE, (MARCHE, COURSE, NATATION).

Le sixième sujet.  SUR LA SUCCESSION ET LA QUANTITE D’EXERCICES PHYSIQUES AU DEBUT DU TRAITEMENT.

Le septième sujet.   SUR LES CAS DANS LESQUELS L’UTILISATION DE LA RESPIRATION DIAFRAGMATIQUE EST LA PLUS UTILE.

Le huitième sujet.  ILS EST FERME A L’ACCES LIBRE. IL EST ENVOYE SUR COMMANDE A VOTRE ADRESSE ELECTRONIQUE.

Le neuvième sujet.  TRES SCUPULEUSEMENT SUR L’ALIMENTATION LORS D’UN ADENOME PROSTATIQUE ET LES LIMITATIONS QUI Y SONT LIEES.

Le dixième sujet.  SUR L’AUTO-ENTRETIEN ET L’AUTO-CONTROLE LORS DE L’HYPERPLASIE BENIGNE DE LA PROSTATE.

Le onzième sujet, qui est très court mais très important pour la compréhension.  ANALYSE DE L’ETAT ET DES CHAGEMENTS QUI SE PASSENT DANS L’ORGANISME PENDANT LA PERIODE DE TRAITEMENT.

Et le dernier sujet, le douzième:    CONCLUSION.

ALORS, LA RESPIRATION DIAFRAGMATIQUE.

L’humanité connaît le diapason de la nocivité destructive au profit guérissant par un ensemble de conditions, de  grandeurs physiques  et d’actions physiologiques : de l’air, de l’environnement, du mouvement et de l’alimentation.  Je vous propose de former votre propre conception d’un vrai processus de traitement, que vous devez suivre pour vous débarrasser de l’hyperplasie bénigne de la prostate, de la prostatite chronique,  en commençant par la respiration.

Chacun peut sûrement se remémorer les connaissances du programme scolaire. L’air qui est indispensable pour notre activité vitale comprend de l’azote neutre, un peu plus de vingt pour cent de volume de l’oxygène,  et moins de quatre centièmes de pourcent  de l’acide carbonique.  D’autres gaz qui font partie de sa composition,  ne nous intéressent pas, alors je ne les mentionne pas. La respiration est destinée à assurer le métabolisme et l’échange d’énergie. Pour cela on aspire de l’air dans nos  alvéoles pulmonaires,  et notre sang  en reçoit uniquement de l’oxygène,  c’est-à-dire il utilise un peu plus de vingt pour cent du volume aspiré dans les poumons.

Maintenant analysez votre respiration au repos,  par exemple en position assise. Je suis sûr que je peux la caractériser moi-même sans me tromper.  Vous aspirez avec économie,  on peut dire vous aspirez de l’air doucement dans la partie supérieure des alvéoles pulmonaires,   en retenant le souffle d’une manière minimale à l’aspiration. Essayez de   vous rappeler la technique de la respiration dans la journée. Vous respirez selon le principe de l’aspiration superficielle,  très rarement un peu plus fort,   s’accélérant ou se ralentissant en fonction du besoin minimal de l’oxygène, sans éprouver aucune gêne et sans y avoir jamais pensé.   De même pendant les exercices physiques actifs ou un travail physique dur,  si cela vous arrive,  vous aspirez de l’air d’une manière accélérée et superficielle en général.  Tout ce qu’on peut dire sur votre respiration pendant le sommeil c’est qu’elle n’est pas contrôlée, c’est-à-dire fréquente et peu profonde. Il est facile de calculer qu’en remplissant vos poumons à un quart, un tiers au maximum,  vous en avez  5 – 6  pour cent de l’oxygène du volume général.

Les poumons ne sont pas unis. Ils se composent de plusieurs bulles qu’on appelle alvéoles et qui existent indépendamment les uns des autres.  Plus précisément chaque bulle est une partie finale. En aspirant de l’air avec un effort économe,  nous n’en remplissons que les alvéoles,  qui se trouvent dans la partie supérieure de notre appareil respiratoire.  Le sang transporte l’oxygène absorbé aux substances,  riches en énergie chimique moyennant l’hémoglobine et le processus de leur oxydation jusqu’à l’appauvrissement commence.  Il en résulte de l’eau, du gaz carbonique,  ainsi que plusieurs composés volatils,  même de l’acétone, d’autres produits de dissociation.  Tout est évacué partiellement par la même voie c’est-à-dire par les poumons dans l’atmosphère.  Qu’est-ce qui se passe lors d’une telle respiration dans les poumons ?  L’oxygène est retiré de l’air dans le sang. Le gaz carbonique évacué s’ajoute à l’azote restant,  il n’existe aucune autre circulation.  Un certain temps après une stagnation du gaz se forme.  Et ensuite?  Périodiquement le volume de l’oxygène consommé par les cellules diminue naturellement parce que la quantité d’alvéoles qui le rendent dans le sang diminue.  Selon la logique la quantité et la qualité des  processus métaboliques baisse.  Si cela se passe constamment les cellules donc les tissus sont engorgés par des composants inutilisés des réactions d’oxydation.  La bonne circulation du sang dans tous les types de vaisseaux est bloquée à cause de la saturation faible par l’oxygène.  Ensuite suite au dommage causé par soi-même (à part l’aspiration et l’expiration faibles ce sont aussi  le manque de mouvement, la hypernutrition, le stress et plusieurs autres facteurs qui comptent)   des obstacles apparaissent sur la voie de circulation du sang, l’élasticité du tissu vasculaire baisse. Tout cela provoque un déséquilibre important dans le fonctionnement de l’organisme bien ajusté autrefois et un enchainement  de problèmes.  Si les altérations malsaines arrivent jusqu’au niveau de la prostate, la plupart de gens commencent à le sentir.

Je vous propose de saisir le sens des informations ci-dessus, et moi, je vais faire une conclusion simple: un des secrets d’une véritable santé réside dans la respiration correcte.

Approchons-nous à la vérité.

Nous ne sommes pas intéressés à savoir quand on a commencé à appeler la bonne respiration la respiration abdominale ou bien diaphragmatique.  L’humanité a remarqué ce fait il y a très longtemps.  Il ne fallait rien inventer,  celui qui nous a créés nous a donné cet instinct dès le bas âge.  Regardez un nourrisson et vous allez tout comprendre très vite – il respire en expulsant de l’air des poumons d’une façon active à l’aide des poumons.  Cette respiration réjouit, elle est frappante, belle.  Je l’associe avec la victoire, le triomphe de la vie sur le néant. Dans ce monde on n’a pas de réponses à toutes les questions. Je ne sais pas pourquoi en grandissant nous cessons de l’utiliser.

J’ai connu la respiration diaphragmatique il y a plus de trente ans en passant mon service militaire en Afghanistan. J’ai eu un copain, qui aux heures libres pratiquait avec abnégation des arts martiaux. Il parlait de tout ce qui concernait ce sujet sans avoir beaucoup de connaissances mais d’une manière très entrainée en prétendant un miracle. Il m’a offert un bloc-notes dans lequel il a exposé les règles de l’aspiration et de l’expiration.  Alors j’étais en bonne santé et je n’ai pas attaché beaucoup d’importance aux informations pareilles.  Mais, comme dit le proverbe, chaque affaire a son temps.

Permettez-moi de parler un peu de moi. Par nature je tâche d’étudier d’abord à fond tout problème compliqué, je veux   comprendre le sens de ce qui se passe ainsi que la probabilité d’obtention d’un résultat efficace.  Donc si la vérité est connue peu de choses peuvent m’arrêter sur la voie vers l’obtention d’un résultat.

Quand la nécessité a surgi, pendant une longue période je n’arrivais pas à comprendre la destination de la respiration en tant qu’une composante de traitement,  avant tout parce que j’en cherchais un secret incroyable.  Comme j’ai compris plus tard, j’essayais de deviner le secret inexistant de ses capacités cachées,   imposé jusqu’à présent par les cultures orientales,  car autour de savoirs pareils il y a toujours beaucoup d’informations contradictoires, et comme d’ordinaire beaucoup de parvenus à la mentalité assez faible.

Il ne vaut pas commencer la lutte contre toute maladie grave sans comprendre les règles de la respiration et sa physiologie. Sinon il faut se faire hypnotiser par l’usage des médicaments en espérant un effet placébo.   Il est le temps de démontrer et ensuite détailler l’effet curatif de la respiration.

Attention, tous les commentaires à la vidéo  sont exposés ci-dessous.

Donc,  une aspiration aisée, tranquille dans un espace avec de l’air frais uniquement, il faut remplir vos poumons au maximum. Il vaut mieux de le faire par le nez,  pour une raison simple qu’il est un filtre supplémentaire. Si vous avez des problèmes avec le nez aidez-vous avec la bouche. J’en ai eu, moi, alors j’ai entrainé les sinus, en effectuant les aspirations et les expirations par le nez d’une manière forcée. Une pause minimum de dix secondes. Et une expiration tranquille et longue par les nez.  Avec une contraction, c’est-à-dire en rétractant les muscles de l’abdomen pour mettre  en mouvement le diaphragme pulmonaire et expulser  le maximum possible de l’air traité, y compris de la partie inférieure des alvéoles pulmonaires. Après l’expiration, faites une pause courte de 2 ou 3 secondes.

Encore une fois.  Une aspiration, le ventre est agrandi, mais il n’y est pas d’air.  Le système de valves ne laisse pas passer un grand volume d’air dans le canal alimentaire digestif.  Une expiration après une pause, les muscles se contractent, le diaphragme pulmonaire monte vers le cœur.  L’expiration doit être à tel point que vous cessez de sentir la circulation de l’air dans le nez ou dans la bouche.

La troisième fois.  Pour ne pas couper le suivi,  garder la facilité et le rythme tranquille,  au début, faites des pauses après l’aspiration d’une durée modérée. Vous ne devez sentir aucune gêne, aucun manque d’air.  La durée des pauses après l’expiration doit être  constamment courte de 2 à 3 secondes. Au cas où vous décidez du coup de la prolonger, vous allez provoquer une contraction  des vaisseaux. C’est nuisible à la santé.

Je vous fais la démonstration de la respiration le torse nu pour que vous appréciez l’amplitude, examiniez la qualité des contractions musculaires. Payez attention aux mouvements des muscles de l’abdomen.

Passons à la physiologie.

Un volume maximal de l’air ambiant rentre dans les poumons, donc plus d’oxygène rentre dans le sang et les tissus,  en nous assurant ainsi avec des aspirations stables la qualité des réactions d’oxydation.  Pas d’oxygène, pas de vie.   C’est ce qui est le plus simple et le plus clair.

Lors de cette respiration la contraction de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin et de l’urètre s’accroit, donc  des engorgements dans leurs tissus sont supprimés,  et ces organes commencent à remplir pleinement leurs fonctions.

L’amélioration des mouvements péristaltiques minimalise le volume de l’engorgement du chyme et des déjections dans le canal alimentaire digestif.  La qualité de la digestion stimule la prévention et le traitement de plusieurs maladies du système digestif. De plus l’intestin vide ne pèse pas sur les organes adjacents, y compris la prostate, en excluant une des raisons d’apparition de ses spasmes.

Les techniques de la respiration profonde  dans une certaine mesure favorisent le maintien du bilan hydrique, tandis que  sa stabilité est une des règles de la vie saine.

Le transport de tout mécanisme immun vers son but se passe toujours par le sang.  Et c’est l’oxygène qui effectue sa dispersion correcte sans actions secondaires dans les vaisseaux. Donc la circulation de qualité augmente la présence des éléments protecteurs dans tout l’organisme, augmente la probabilité de la suppression pas seulement des cellules oncotiques mais également de tous les autres agents xénogéniques.  Je vous prie de m’excuser cette phrase est un peu trop compliquée, mais je n’arrive pas à trouver des mots plus simples.

Avec l’aspiration de 2,5 à 7 litres d’air, ça dépend, rentrent dans les poumons.  Une aspiration profonde et une pause après l’aspiration du gaz favorise l’introduction d’un plus grand volume d’oxygène dans le sang que d’habitude.  En augmentant la quantité des réactions d’oxydation,  elle coupe des spasmes vasculaires. Une aspiration profonde et une rétention du souffle ensuite baissent la pression artérielle.

Une expiration –  et  la pression monte,  elle atteint la pointe majeure aux poumons au maximum vides et  à une pause longue.  Vous pouvez ne pas me croire,  mais l’écart pendant les pauses lors d’une bonne amplitude peut faire 10 et même 20 millimètres de colonne de mercure si les poumons sont bien développés.  Chez les gens qui sont prédisposés à l’hypotonie le résultat sera inverse (une pause à l’aspiration – la pression monte).  Il était très curieux de le comprendre. Je me suis rendu compte pourquoi la respiration correcte est à la base des pratiques orientales,  et on commence par la respiration le traitement de presque toutes les maladies et les pathologies cardio-vasculaires: à partir de l’hypertonie ou l’hypotonie jusqu’aux affections valvulaires. Seulement pour eux tout ce qui est inventé il y a des milliers d’années est inébranlable, et toutes caractéristiques physiologiques argumentées seront toujours ignorées d’une manière sévère à cause de la peur de détruire le système de la doctrine  pseudo-scientifique.

La respiration diaphragmatique détend,  désexcite c’est-à-dire régularise favorablement  le fonctionnement du système nerveux.

L’augmentation stable de la quantité d’oxygène dans le sang ne sous-entend pas seulement une grande quantité de réaction d’oxydation. Le processus de la libération d’énergie devient souple, plus exactement pas agressif.  C’est le synonyme de la stabilité de la santé, de sa force.

Lors de la respiration habituelle,  comme vous le comprenez bien, aucune de caractéristiques citées ci-dessus n’apparaît pas.

Alors l’aspiration et l’expiration toutes simples ont un volume important de savoirs.  Dans une mesure ou l’autre j’ai utilisé tout ce que j’ai exposé ci-dessus pour me débarrasser complètement de l’adénome prostatique, ainsi que d’autres problèmes personnels complexes et  insolubles,  donc je vous recommande d’étudier tout ce qui est exposé pour comprendre le rôle important de la respiration correcte dans le processus de traitement.

Je pense que parmi les visiteurs du site il y a des gens qui ont déjà fait des tentatives de guérir de l’hyperplasie bénigne de la prostate ou de la prostatite  chronique en commençant par les règles de la respiration mais sans aucun résultat. Encore plus nombreux sont ceux qui ont lu ou bien entendu parler de différentes méthodes, d’appareils prétendus être  la panacée universelle.   On en a en excès.  Pour eux je propose les  énonciations suivantes. Lisez-les, ce sera très utile.

J’habite en Ukraine. Ces dernières décennies dans mon pays avec le délabrement, la prospérité de la corruption,  l’assistance médicale de qualité lors des diagnostics complexes a complètement disparu, même l’assistance payante. On parle des règles de la vie saine d’une telle façon que personne n’entend. Par contacts personnels je sais que les malades sont dans la même situation en Russie, au Kazakhstan,  dans d’autres pays de l’ex-Union Soviétique. Je pense que la situation est pareille dans plusieurs états du monde.  Donc après avoir compris l’incapacité de la médecine, par désolation les gens simples ont commencé à chercher et utiliser tous les moyens possibles pour soulager leur état maladif.  C’est la demande qui fait l’offre.   Alors avec la vitesse de la transformation d’un œuf en poulet on voit apparaître des méthodes de respiration payantes, des kits de vaisselle qu’on appelle pour plus d’importance des home-trainers de respiration ayant un effet curatif. La respiration qu’ils proposent à l’aide de simples tubes et verres ou sans équipement est prétendue être une mesure salvatrice de toutes les maladies incurables possibles. Un business sérieux s’est formé autour de cet absurde. Dans leur lutte pour le bénéfice ses propriétaires ont étudié et appliquent les méthodes de l’influence efficace sur la conscience humaine. Ils se confèrent eux-mêmes des titres universitaires. Ils annoncent dans les spots publicitaires et sur leurs sites que des laboratoires scientifiques entières ont participé à l’élaboration et à la confirmation de l’efficacité des règles popularisées. Ils attribuent à leurs sottises des prix inexistants ainsi que la reconnaissance universelle. Tout cela est un mensonge, et ce que les auteurs ou les producteurs de ces inventions promettent ne correspond pas du tout à la réalité.

Je crois péremptoirement, qu’il ne faut pas fausser ce qui est donné sous une forme constante par le créateur,  vendre ce qui est remis en jouissance gratuite,  et je vais argumenter d’un point de vue scientifique l’inconsistance et la nocivité de la plupart de méthodes de respiration, surtout celles qui sont commercialisées. Je vais le faire exprès pour que chaque malade s’assure de leur nullité en ne perd pas son temps pour cette bêtise, et les ignorants n’aient plus de chance pour un profit pareil.

Donc toute théorie de la respiration, qui n’est pas complètement folle (avec ou sans le home-trainer) contient une règle raisonnable commune. Elle dit qu’il faut faire une aspiration et retenir le souffle ensuite jusqu’à ce qu’on se sent à l’aise.  Cette pause est la seule utilité dans la chaîne de mesures recommandées par les ignorants. Elle augmente la quantité d’oxygène introduit dans le sang avec les actions positives appropriées.  Là sur cette rétention de l’air dans les poumons toutes les connaissances encyclopédiques de ces créateurs finissent. Ensuite chacun d’eux expose ses règles de respiration, se servant de leur fantaisie et en fonction du niveau de leur détérioration mentale.

Dans la liste de procédures suivantes on propose d’habitude de respirer de l’air au pourcentage bas de l’oxygène et au volume du gaz carbonique augmenté proportionnellement, en diminuant avec cela d’une manière importante la quantité d’aspirations et d’expirations. On séduit toutes les personnes intéressés par le fait qu’on doit faire ces exercices uniquement au repos (étant couché ou assis), pas longtemps, de 15 à 20 minutes par jour et la santé va revenir.  Les escrocs comprennent bien que cet appât est le plus fort.  La plupart de gens, par nature, n’aiment pas l’activité physique et croient sincèrement au miracle, qui apparaît sans travail et sans efforts. Généralement cela accompagne une personne pareille jusqu’à la fin de ses jours.

Tout processus naturel de rétablissement résulte uniquement de la combinaison de la respiration avec des contractions musculaires.  La respiration au repos, avec la circulation lente du sang tonifie partiellement les vaisseaux et un seul groupe de muscles notamment ceux qui participent à l’aspiration et à l’expiration. C’est pourquoi les moments positifs y sont insignifiants. On peut avoir une baisse courte et pas importante de la pression lors de l’hypertonie, ainsi qu’une coupure aussi courte des spasmes musculaires lors de l’asthme ou de l’allergie.  Le facteur négatif essentiel consiste en ce que ces entrainements ne traitent rien dans le meilleur des cas.  Donc si un utilisateur d’une théorie quelconque a une santé défaillante, le défaut d’oxygène périodiquement crée exprès va aggraver les symptômes pathogènes et aboutira à une triste fin.  La hypoxie provoque chez beaucoup de personnes une élévation insignifiant, mais une élévation quand même de la température corporelle,  c’est une anomalie de fonctionnement du métabolisme et un affaiblissement de l’immunité.   A part l’idée de l’hypoxie il n’y a rien à vendre. L’autre jour j’ai entendu une phrase, elle ne m’appartient pas. Ces guérisseurs malchanceux ont aidé des dizaines de milliers de malades à  passer dans l’autre monde et ils continuent jusqu’à présent d’accélérer leur départ.  Tenant compte de la persévérance extraordinaire que les gens manifestent dans  l’étude de n’importe quelles méthodes après avoir y dépensé leur argent, la probabilité d’une triste fin est très élevée.

Je voudrais conseiller à tous les adeptes d’inventions douteuses de ne pas utiliser la technique de la respiration profonde à côté d’un appareil mais en plein air, de ne pas le retenir dans les poumons semi-vides, mais remplis et comparer votre état de la santé.

Cela arrive rarement, mais au début de l’utilisation de l respiration diaphragmatique vous pouvez ressortir vos problèmes inapparents jusqu’aux sensations douloureuses.  Elles sont liées avec la réorganisation du fonctionnement du muscle cardiaque,  notamment avec le changement de la force des contractions et la redistribution insignifiante de la charge sur ses tissus.  La douleur peut apparaître tout de suite ou un certain temps après pendant quelques semaines,  mais l’équilibre sain de l’oxygène et du gaz carbonique et la stabilisation du métabolisme vont accomplir leur mission curative là aussi. J’ai été dans la même situation, je n’avais pas de connaissances précises, mais je n’arrêtais pas les entrainements.  J’ai commencé à m’inquiéter sérieusement. Je ne me souviens plus de détails, mais je pense que je respirais d’une façon incorrecte, en faisant une pause trop longue après une expiration complète, en général mon début était une série complète d’erreurs.  Tout est passé et j’ai oublié où cela me gênait.  Lors d’un examen médical suivant la femme médecin à sa grande surprise n’a pas découvert l’hypertrophie ventriculaire gauche diagnostiquée quelques années auparavant (c’était la voie vers l’infarctus).  Je n’ai aucune anomalie du fonctionnement du muscle cardiaque jusqu’à présent.

Ne commencez pas par des aspirations brusques d’une amplitude importante, а  ne faites pas vos premiers mouvements très d’une façon vive,  cela concerne surtout les gens âgés.  Si cela vous est déjà arrivé,  essayez d’être souple et mesuré,  ça va passer obligatoirement.    Dans ma pratique j’ai rencontré plusieurs fois des gens après l’infarctus et ceux qui avaient plus de quatre-vingt ans.  Ils ont changé de mode normalement, sans symptômes douloureux.

Encore une chose.  N’utilisez jamais la respiration diaphragmatique là où l’atmosphère est polluée, sursaturée des gaz nuisibles.  Dans ces conditions-là il vaut mieux respirer d’une manière économe.

Pour faire le point je vais formuler toutes les conclusions en phrases simples.

Lors de la respiration diaphragmatique l’air n’entre pas dans notre œsophage, dans notre estomac, c’est le diaphragme qui monte et qui baisse, c’est-à-dire les muscles de l’abdomen se contractent.  Lors d’une aspiration d’amplitude les poumons sont remplis par l’air complètement,  pas partiellement, l’air ne remplit pas seulement la partie supérieure ou inférieure des poumons, comme j’ai entendu dire.

C’est de l’oxygène et rien d’autre qui pénètre dans le sang, ce n’est pas du gaz carbonique ni de l’azote.  L’air surchargé d’acide carbonique est nuisible pour l’organisme. Il en résulte que la respiration la plus utile et la plus efficace est en plein air, quand l’air ambiant se renouvèle constamment. Il faut absolument tenir compte de ce fait lors de l’activité physique.

Le gaz carbonique se forme en résultat des réactions d’oxydation dans les cellules de notre corps,  c’est-à-dire à l’intérieur, et il est évacué par les poumons dans l’atmosphère.

Ci-dessus j’ai également caractérisé les effets positifs de la respiration diaphragmatique, ce qui est très important.   Ce sont l’influence sur la qualité et la quantité des réactions d’oxydation et sur la pression artérielle, la création des conditions favorables pour l’intensification de l’action du système réfractaire, l’assistance à la stabilisation de la vitesse du métabolisme,  le maintien du bilan hydrique qui augmente l’élasticité du cœur et des vaisseaux,  l’amélioration du fonctionnement   du canal alimentaire digestif, la réaction sédative du système nerveux.

La composante essentielle de la respiration saine est votre sensation de confort lors de la respiration.    Ne faites pas d’expériences avec la modification de la composition de l’air aspiré et ne le retenez pas trop. Il est particulièrement facile de faire une erreur en faisant une pause trop longue à l’expiration complète (pendant une certaine période on ne sent pas de gêne).  Ne respirez pas par toutes sortes d’appareils.   On ne peut pas tromper le système de l’univers, et les conséquences peuvent être irréversibles pour vous.

Pour l’instant je ne relie pas la respiration aux maladies, c’est-à-dire à l’adénome prostatique,  la prostatite chronique, l’impuissance et d’autres problèmes sérieux. Mais je vous prie de commencer à respirer correctement. Au début cela peut être pas très long, par approches de quelques minutes. Faites dix ou quinze tentatives le premier jour d’entrainement.  Payez attention aux moments quand votre respiration devient superficielle, elle s’arrête presque,  alors en ce moment forcez-vous à aspirer plus.  Plus tard je vais parler de la motivation et des cas d’utilisation de la respiration diaphragmatique. Je vais exposer avec conséquence.  Je vais exclure toute incertitude. Je vous prie d’écouter attentivement,  regarder plusieurs fois s’il le faut, et stocker cette information dans votre mémoire.

La raison principale de cet exposé méticuleux des fonctions et de la destination de la respiration saine est son opposition au galimatias. J’ai rencontré des explications si délirantes de ses fonctions que j’en étais effrayé! Je voudrais attirer votre attention au fait que toutes les conclusions exposées ci-dessus ainsi que les conclusions ultérieures ont une base scientifique et pratique  très  précise. A volonté, vous pouvez confirmer leur conformité à la physiologie de l’organisme,  en étudiant attentivement des encyclopédies et des ouvrages de référence en médecine.  Et moi, je passe à la partie suivante.

DEUXIÈME SUJET. À PROPOS DE RELAXATION.

Chacun de nous a subi un stress nerveux un jour ou l’autre. Le stress est une des raisons essentielles de toute maladie, c’est évident pour tout le monde. Il y a des situations quand on peut prévoir le stress et l’éviter, surtout si on a de l’expérience, et si en plus on est perspicace. C’est excellent si pouvez garder votre sang-froid dans la situation où il le faut.  Mais quand-même la vie réelle met souvent toute personne dans les conditions de l’effort psychologique et de l’effort physique qui en résulte.  Les gens ne savent pas se détendre correctement, bien plus ils n’y attachent pas d’importance. Lors de l’hyperplasie bénigne de la prostate c’est impossible. Les conséquences d’un état de choc, surtout d’une longue durée,  peuvent être imprévisibles, c’est pourquoi il faut y résister, en plus que ce n’est pas compliqué et si on fait tout correctement,  le résultat ne vas pas tarder.

Quand j’ai commencé à lutter sérieusement contre l’adénome prostatique, j’ai remarqué que pendant le stress l’amplitude de ma respiration devenait minimale.  Après une excitation négative le système nerveux donnait de signaux aux muscles, ces derniers se contractaient, en provoquant une anomalie du flux sanguin dans tous les petits et gros vaisseaux. Dans les moments (ou bien les heures), où un spasme envahit le corps, la consommation de l’oxygène est la plus basse.  L’organisme humain est un ensemble de liens entre les organes du corps. Les récepteurs nerveux s’excitent et se calment à partir des signaux du cerveau, donc pour simplifier et activer le processus de rétablissement il faut former et utiliser un usage de contrôler sa conscience.

Comme dit le proverbe: un clou chasse l’autre, donc on liquide les spasmes pareils avec de la respiration diaphragmatique profonde en combinaison avec un effet calmant sur son propre psychisme. En plus cet entrainement s’inscrit parfaitement dans l’ensemble de procédures pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de la prostate et de la prostatite chronique.

Je n’ai inventé rien de nouveau, je vous propose sous une forme accessible, sans modifications, de profiter des savoirs proposés par des pratiques orientales.

Je vais essayer de décrire brièvement sans polémique mes propositions pratiques, car tout le monde n’est pas prédisposé à l’étude détaillée.  Notre milieu ambiant possède une énergétique curative avec laquelle notre vie est liée indissolublement.   Chacun de nous a sa chaudière énergétique dans laquelle l’énergie rentre et s’accumule partiellement. Son centre se trouve à 3-5 centimètres au-dessous du nombril. Il a une forme d’une boule (d’une taille approximative d’un poing entouré par l’autre main). De là l’énergie se répand dans tout l’organisme.

C’est très simple. Il faut développer la vue soi-disant interne. Les yeux fermés en aspirant vous devez imaginer un flux énergétique ininterrompu sous forme de neige ou de pluie, qui rentre dans votre chaudière énergétique du milieu ambiant par les pores du corps. Une pause et l’énergie se répand dans tout l’organisme par les vaisseaux, par exemple. Une expiration et le matériel énergétique utilisé est évacué avec aisance par les capillaires et les pores, en transperçant la peau. Ce serait parfait avec la détente de vous persuader de la sensation  du sang circulant dans les vaisseaux. Si d’autres sensations apparaissent, c’est aussi bien, tout est  autorisé. L’essentiel est que vous portez le cerveau des problèmes et du négatif au rétablissement. Encore une chose. C’est encore plus facile. Quand cela sera proposé, concentrez votre conscience sur la détention des muscles. Commencez par la tête, détendez et baissez la mâchoire, les muscles des bras, des épaules et ainsi de suite, en finissant par les pieds.

Attention! Avec un point d’exclamation. Vous n’avez aucun besoin d’essayer de développer cet état et intensifier les sentiments.  Cette méthode de relaxation aussi bien que toute autre technique de détention n’a aucun autre effet caché et miraculeux,  incompréhensibles  (toutes les pratiques orientales en parlent)! Elle favorise seulement l’amélioration partielle de la circulation sanguine.

Compte tenu de tout ce qui est exposé je vous propose d’apprendre un exercice de respiration seul et unique, que je vais appeler ainsi dans le texte ci-dessous. Son importance dans la méthode est très grande. Il faut le pratiquer uniquement en plein air ou bien là où on en a accès. Si vous êtes dans une pièce la porte de balcon doit être ouverte, ou bien la fenêtre ouverte sans courant d’air. Un vasistas ouvert ne suffit pas.  Il vaut mieux être couché car plus de muscles sont détendus. Si une telle opportunité ne se présente, en mettant les choses au pire, faites-le débout. Surtout pas assis. En général la position assise est très nuisible pour notre physiologie. Cela vient du fait que dans la position assise le diaphragme des poumons est serré  d’en haut et d’en bas, donc on ne respire pas pleinement.  Prêtez attention au monde animal, n’avez-vous jamais vu un animal dans cette position? Si oui, cela ne durait pas certainement une heure ou deux. Quelqu’un a tout créé d’une manière mûrement réfléchi. L’homme seul sur notre planète est porté à se mutiler même d’une façon inconsciente, sans comprendre les règles de l’être raisonnable. Parfois on a l’impression que la planète Terre n’est pas son patri. On n’est pas très organique ici et notre activité est même destructive pour l’environnement.

Regardez comment je fais l’exercice de respiration, vous en trouverez les commentaires dans le texte ci-dessous.

Donc, vous n’êtes pas tendu, vous n’êtes pas troublé. Les yeux sont fermés si possible. Les bras peuvent être étendus, pliés aux coudes, comme vous voulez. Concentrez-vous sur la relaxation musculaire et à l’aide de la conscience faites détendre au fur et à mesure la mâchoire,   les membres supérieures, les épaules, le dos, la poitrine et enfin les jambes. Pour commencer faites une aspiration lente et souple. Au moment de l’aspiration et de la retenue du souffle aisée, imaginez-vous un flux d’énergie ininterrompu (par exemple, la neige d’une couleur argentée ou solaire), qui par les pores de votre corps pénètre dans votre centre énergétique. Ensuite une expiration diaphragmatique souple, plus longue que l’aspiration, et le reflux de l’énergie usée du corps. L’expiration doit être si forte que vous cessiez de sentir la circulation de l’air dans le nez ou dans la bouche. Après l’expiration diaphragmatique une pause de 2 ou 3 secondes. A la fin l’abdomen doit revenir à la pose de départ. La durée des pauses après l’aspiration doit varier de vingt à soixante secondes, plus près de soixante c’est mieux. Tout dépend de votre aise. Il ne faut pas faire de pauses plus longues.  Cette période est suffisante pour le métabolisme respiratoire optimal: l’oxygène des poumons s’assimile dans le sang, et le gaz carbonique au contraire, rentre du sang dans les poumons.  Ensuite il faut expirer, en libérant les alvéoles pour une nouvelle portion de l’air riche en oxygène.

Retenez s’il vous plaît cette expression simple – un exercice de respiration. Je répète, que son exécution est une composante inséparable pour le succès ultérieur.  Dans le huitième sujet je parle de l’utilisation la plus efficace de cet exercice et je justifie son importance.

Conclusion. Sur le fond de la stabilisation du système nerveux la pratique respiratoire acquiert un caractère curatif très prononcé.  La combinaison de la détention et de la respiration diaphragmatique coupe le spasme de la musculature de squelette, alors sa pression sur le système vasculaire baisse un peu, en facilitant la circulation du sang dans le réseau circulatoire. C’est un bon facteur de rétablissement.

TROISIÈME SUJET. CARACTÉRISTIQUE DE CERTAINES FONCTIONS DE L’ORGANISME.

Maintenant pour simplifier  l’assimilation du matériel suivant, comprendre et analyses les processus qui se passent dans le corps, éviter des fautes et des actions stupides pendant les entrainements, je vais vous donner d’une manière la plus simple la caractéristique de la valeur autorisée et utile des battements du cœur, c’est-à-dire, du pouls et de la température corporelle.

Un des principes fondamentaux du rétablissement est l’intensification périodique de l’activité physique en faisant des efforts (marche, course, natation). Il existe une limite raisonnable généralement admis de l’augmentation de la quantité des battements du cœur par minute. Il faut la contrôler juste après le point culminant de l’activité, surtout au début des entrainements. En pratique on propose des formules différentes, en confondant le sport et la culture physique, ce qui désoriente. Je vous donne les chiffres de mon expérience. Si vous avez quarante ans,  il suffit,  en effectuant un effort anaérobique (c’est-à-dire une accélération), d’accélérer le pouls jusqu’à cent quarante pulsations à la minute. A l’âge de 50 ans jusqu’à 130, à l’âge de 60 ans jusqu’à 120 etc. Généralement, avec une année de vieillissement la fréquence du pouls doit baisser d’une pulsation. Par exemple, à l’âge de 55 ans jusqu’à 125.  Fixez-les dans votre mémoire et pendant les entraînements partez de ce principe. Si commencez juste à maîtriser le mode de vie sain, ne vous dépêchez pas à accélérer les battements du cœur.  Vos résultats au début doivent être inférieurs. Croyez-moi, très peu de temps passe du début à l’exécution complète et l’obtention d’un bon résultat.

La température est un état thermique du corps qui résulte  des relations complexes entre l’action thermogénique de différents tissus et organes et leur interaction thermique avec le milieu extérieur. Elle a des valeurs différentes dans les membres du corps différents. Son augmentation ou sa baisse maladive est interprétée comme un trouble des processus de l’activité vitale. En même temps j’ai entendu dire que  sa baisse volontaire est interprétée  comme résultat de la normalisation des processus métaboliques, on lui attribue des miracles de guérison. Je savais également que l’autorégulation était le destin des élus, c’est-à-dire de ceux qui consacrent leur vie complètement aux pratiques spirituelles et physiques.  J’étais méfiant à l’égard du mot  «miracle». Après de longues recherches inutiles auprès des représentants de la médecine officielle et pas officielle je raisonnais d’une façon assez pragmatique. J’avais besoin d’un résultat concret – un rétablissement complet de l’adénome prostatique.  En général, à vrai dire, pour moi c’étaient des inventions, jusqu’au moment où j’ai découvert par essais et erreurs, que la combinaison de la respiration diaphragmatique avec des mouvements simples  (la gymnastique à l’expiration), ainsi que toute autre culture physique fondée,  donne ces résultats extraordinaires et très vite d’ailleurs.   Dans notre cas vous pouvez, pour mieux dire vous devez obtenir une baisse importante de la température par des efforts physiques dosés. Dans le sujet suivant, je vais expliquer d’une manière détaillée ce qui se passe alors dans l’organisme en se basant sur l’exemple de la gymnastique.  Ensuite vous aurez besoin de prendre la température pour une analyse. Il faut le faire avec un thermomètre à mercure, parce qu’il est le plus précis. Ce thermomètre  a un seul grand défaut – la fragilité. Soyez prudent en l’utilisant. Prenez la température toujours dans le même endroit sous l’aisselle pendant  10 ou 12 minutes. La température corporelle est constante, c’est-à-dire stable, d’habitude elle est minimale le matin et elle monte après le repas et vers le soir.

MAINTENANT JE VAIS ABORDER UN DES SUJETS  CLÉ. IL EST LE QUATRIÈME.
JE VAIS MONTRER ET EXPLIQUER LA GYMNASTIQUE, JE VAIS L’APPELLER – LES MOUVEMENTS SEULEMENT À L’EXPIRATION, JE VAIS ÉGALEMENT DONNER SON ARGUMENTATION PHYSIOLOGIQUE.

Au repos la vitesse de la circulation du sang ne peut pas assurer le transfert de la quantité d’oxygène, qui serait optimal, plus précisément curatif. On peut méditer à la perfection, mais l’effet ne sera pas important. C’est le mouvement qui soigne. Je vous propose d’étudier et de comprendre son effet positif.

Les exercices de la gymnastique sont simples exprès, pour ne pas créer autour d’eux d’auréole mystérieuse, ne pas griser votre conscience, comme certains font dans les situations pareilles.

Lors de l’assimilation, prenez votre température corporelle avant de commencer, je vais en expliquer le sens ci-dessous. Si vous êtes dans une pièce assurez obligatoirement l’accès de l’air frais. Je vous propose de tirer un profit maximal de chaque processus. Voilà une des chaînes logiques du rétablissement –  le mouvement, l’afflux de sang, la chaleur, c’est-à-dire l’enrichissement des tissus en oxygène, sans son effet on n’arrivera à rien.

Passons à l’essentiel. A vous de choisir l’ordre des exercices et le nombre d’approches effectués. Suivez le plus précisément possible les règles  de la respiration diaphragmatique, son amplitude et la combinaison de l’expiration avec le mouvement. Ne faites pas d’écarts: une aspiration et une retenue du souffle aisée  (à partir de 10 secondes, mais pas plus de 50-60 secondes), l’expiration avec des mouvements, ensuite une courte pause (2-3 secondes) et on répète le cycle. La pose de départ – débout, assis ou allongé. Au repos  – la détente maximale, c’est-à-dire la relaxation musculaire dont j’ai parlé ci-dessus. Au moment de l’aspiration et de la retenue aisée du souffle vous vous imaginez un flux d’énergie pénétrant dans votre chaudière énergétique (ou bien le centre énergétique) à travers votre corps. A l’expiration c’est l’évacuation du matériel utilisé et du mouvement. Je peux paraître importun, mais je tiens à répéter encore une fois qu’il faut faire tous les mouvements à l’expiration uniquement. L’expiration doit être la plus longue possible. Ensuite une pause de quelques secondes en arrêtant tout mouvement, et le retour à la pause du départ.  Sans faire de petites aspirations, répétez tout encore une fois.

Je vais vous montrer chaque exercice plusieurs fois et je vous rappelle que vous pouvez lire les commentaires pour la gymnastique dans le texte juste après l’avoir visionnée.

1. Une aspiration. Une rétention de la respiration, un flux d’énergie, qui pénètre dans le centre énergétique. A l’expiration on commence les mouvements et le reflux du matériel énergétique. La course sur un petit périmètre de l’espace, il vaut mieux suivre le contour du chiffre huit, cela ne ressemble pas beaucoup à la course. Détendez la mâchoire, les épaules, les bras (comme s’ils étaient attachés au corps avec des cordes). Déplacez-vous en essayant de secouer légèrement les muscles des jambes). Après une expiration complète, un arrêt et une toute petite pause avant une nouvelle aspiration.

La quantité d’approches doit bien sûr dépasser deux ou trois fois. Je vous conseille, une fois les pratiques acquises, de ne pas compter les approches, mais suivre le temps.

2. Une aspiration. La pose de départ – débout, les pieds un peu écartés et parallèles aux épaules. Du point de vue psychologique rien ne change et tout se répète dans chaque mouvement et dans chaque exercice. Une rétention du souffle, en ce moment le flux d’énergie pénètre dans le centre énergétique. A l’expiration les mouvements sûrs et le reflux du matériel usé.

Alternativement des élans des jambes du côté opposé. La jambe gauche à droite. La jambe droite à gauche.

On finit les mouvements après chaque expiration, ensuite avant l’aspiration une pause de quelques secondes seulement, pas plus.

Je fais les exercices le torse nu, pour que vous suiviez ma respiration et l’appreniez correctement.

3. La pose de départ est la même. L’imitation de la marche rapide sur place, sans détacher les pieds du plancher. Une aspiration, l’énergie, la rétention du souffle. Une expiration diaphragmatique et les mouvements des pieds (on ne compte pas les mouvements), les mouvements sont rapides, comme la marche sportive. La marche sur place qui demande le minimum d’énergie, si lors de l’accomplissement d’autres exercices  vous sentez le manque d’air, reposez-vous un peu, en marchant sans interrompre les mouvements.

4. La pose de départ débout, les pieds un peu écartés et parallèles aux épaules. Je ne vais pas répéter les règles de l’absorption d’énergie et de l’évacuation de l’énergie utilisée. Elles sont les mêmes pour chaque mouvement. Vous accroupissez-vous un peu, baissez-vous un peu de 10-15 centimètres. S’il vous est difficile de garder cette pose, essayez avec un support. Des mouvements rotatoires avec les genoux et le bassin au début de l’expiration dans une direction et ensuite dans l’autre.

5. Il est difficile d’accomplir complètement l’exercice suivant. Appuyez-vous avec votre main sur un support rigide, faites un élan avec le bras libre et la jambe qui n’est pas d’appui. Une aspiration, une pause, la détention. A l’expiration on commence les mouvements. Ne pas couper l’amplitude de respiration, c’est-à-dire ne pas se permettre de passer aux aspirations pas profondes et fréquentes. Si vous avez des difficultés appuyez-vous avec les deux bas sur n’importe quel support et faites les mêmes élans.

N’essayez pas de respirer de la même manière. Tout dépend du besoin d’oxygène. C’est-à-dire la durée des pauses et des mouvements est différente. Mettez-vos à l’aise. Ce serait bien d’augmenter au fur et à mesure la durée de chaque cycle respiratoire par une pause à l’aspiration. Après l’accomplissement on peut rétablir la respiration avec la marche détendue sur place.

6. Des avancés. Au début vous pouvez ne pas vous avancer d’une amplitude complète. La pose de départ ne change pas. Une aspiration, un flux d’énergie. En commençant les avancés, faites une expiration lente, faites un avancé et touchez le sol devant vous, ou bien à gauche derrière le pied, tout droit et à droite derrière le pied.

7. Des accroupissements. La position débout, la rétention du souffle. En commençant l’expiration, faites un accroupissement. En faisant ressort avec les muscles des jambes pour l’évacuation la plus complète possible de l’air usé des poumons.

A volonté vous pouvez vous rétablir avec de la marche sur place ou une sorte de course.

8. La position débout. Les mouvements circulaires avec une jambe pliée aux genoux jusqu’à l’expiration complète. La même chose avec l’autre jambe.

9. Un très bon exercice dans la position assise. Une aspiration. A l’expiration des balancements d’amplitude avec le corps.

10. Passons maintenant aux exercices dans la position couchée.

Les ciseaux. Dans la pose de départ – couché sur le dos, les jambes allongées et serrées, mettez vos mains sous le cou. La tête au sol ne  faites pas relever les reins. Je répète encore une fois. Una aspiration diaphragmatique, une rétention aisée du souffle. L’énergie par un flux argenté pénètre dans votre centre énergétique à travers les pores de votre corps. Avant d’expirer levez vos jambes du sol à 20 – 25 centimètres. Commencez une expiration diaphragmatique lente en faisant des élans du style des ciseaux, pour que les jambes soient superposées alternativement. Revenez à la pose de départ. Une pause de quelques secondes. La détention.

11. Allongé sur le dos, les bras le long du corps, en expirant relevez un genou avec un effort plusieurs fois, serrez-le contre le ventre. Revenez à la pose de départ, détendez les muscles des jambes et des bras. Une pause courte aisée avant d’aspirer. Faire le même exercice avec l’autre genou.

12. Les genoux sont pliés. Alternativement faire avec chaque jambe les mouvements du balancier. Une jambe. Ensuite l’autre.

13. Un exercice pareil, les mouvements avec les deux jambes en même temps. Dans une direction, ensuite dans la direction opposée.

14. Un vélo. La pose de départ est la même. Mettez les mains sous le cou. Une aspiration diaphragmatique profonde, une rétention du souffle, le remplissage par l’énergie, tout comme dans les exercices précédents. Avant de commencer l’expiration levez les jambes droites à 20 – 25 centimètres du sol. Une expiration diaphragmatique lente, en expirant pliez et redressez les jambes alternativement, en imitant le cyclisme.

15. Prenez une pose couchée sur le dos, les jambes sont pliées. En utilisant les épaules et les pieds comme support, levez et baissez le bassin. Une aspiration – le flux d’énergie, une expiration – des mouvements.

16. La pose de départ couché sur le dos. C’est un exercice pour terminer la gymnastique. Une aspiration diaphragmatique, lentement lever simultanément les bras et les jambes dans la position verticale et commencez à les secouer. Faites de sorte que les doigts et les pieds soient tendus vers le haut. En commençant les mouvements faites une expiration diaphragmatique et finissez-la dans la pose de départ.

Bien sûr vous n’allez pas tout réussir du coup, et on ne peut pas saisir tous les détails. Ne vous inquiétez pas, c’est un processus ordinaire d’assimilation, que tout le monde doit supporter. On peut seulement conseiller de travailler, en visionnant plusieurs fois la vidéo, et perfectionner vos acquis.

Arès avoir pris connaissance de la partie gratuite de la méthode vous pouvez tout de suite commencer à étudier la gymnastique à l’expiration et la faire tous les jours. Si vous suivez la même amplitude, la même durée des pauses à l’aspiration que j’ai montrées dans l’enregistrement vidéo, vous aurez les résultats dans un court délai. Juste après la fin de l’entrainement l’urination doit devenir plus facile pendant quelques heures. Après deux semaines d’entrainements la douleur (si vous en avez) dans la zone de la prostate s’apaisera, la quantité d’envies d’uriner baissera, y compris les envies imprévisibles. L’état général de la santé s’améliorera. Mais là votre dynamique positive s’arrêtera.  Les actions qui doivent compléter la gymnastique et qui intensifient son effet curatif, le rendent vraiment frappant, sont cachées dans le huitième sujet, ainsi que la durée justifiée.   Il faut noter que l’essentiel est que vous ayez les rétentions  du souffle à l’aspiration de la même durée que les miennes. Si les poumons fonctionnent normalement, tout est parfait, donc vous avez besoin du huitième sujet.

Maintenant je vais expliquer ce qui se passe dans l’organisme quand vous accomplissez les mouvements à l’expiration et après la fin, et je vais également vous donner quelques conseils utiles.

Donc, après avoir fait une aspiration profonde de l’air frais et après avoir retenu le souffle, vous favorisez l’intensification brusque de l’échange gazeux.  La durée de la rétention est proportionnelle au volume du sang qui circule pendant cette période-là dans les capillaires pulmonaires, le sang donne aux poumons du gaz carbonique et engage dans sa circulation de l’oxygène, dont le volume assimilé est en raison direct avec la durée raisonnable de la rétention à l’aspiration (plus longue est la rétention, plus d’oxygène).  En commençant les mouvements à l’expiration, vous intensifiez la circulation sanguine  (l’oxygène circule avec le sang, naturellement), donc les parties du corps ou les tissus musculaires commencent à se contracter en intensifiant l’activité calorifique, récupèrent plus de sang du flux commun que d’habitude. Comme tous les exercices proposés sont destinés au fonctionnement des muscles du bassin et de l’abdomen, le sang riche en oxygène arrive dans la zone de la prostate.  L’oxygène intensifie le métabolisme, les réactions d’oxydation favorisent la dispersion d’engorgements, la coupure des spasmes. La circulation améliorée pousse les leucocytes à s’activer et manifester leur caractéristique essentielle – la protection. Les cellules du système réfractaire dans ces conditions reconnaissent et détruisent les cellules de la tumeur bénigne ou d’autres agents pathogènes.  Cette combinaison de la respiration avec du mouvement est le meilleur dans le processus de traitement. Dans d’autres situations cet effet ne se manifeste pas. La qualité de votre accomplissement confirmera la baisse temporaire de la température corporelle, c’est-à-dire par exemple 36,4  ͦС avant la gymnastique et 35,2  ͦС après la gymnastique. Plus importante est la différence, mieux vous favorisez l’assimilation de l’oxygène dans le sang, sa pénétration vers les tissus les plus congestifs et l’apparition du bon métabolisme dans ces tissus. Là vous devez comprendre l’importance de l’air frais constamment renouvelé. Si vous faites les exercices dans une pièce mal aérée, vers la fin de l’entrainement l’air ambiant sera surchargé par l’acide carbonique que vous dégagez, et le temps d’activité sera perdu en vain.

La gymnastique à l’expiration ne donne jamais de complications à personne – ni aux malades cardiaques, ni aux malades ayant des maladies des reins, ni aux  diabétiques, ni à ceux qui ont des problèmes de respiration. Elle n’apporte que du bien. Vous pouvez inventer et ajouter vos propres mouvements, en déplaçant l’effort musculaire dans les parties du corps et les organes ou vous avez des problèmes, et cela va aussi vous donner un bon résultat. Ne changez pas la règle essentielle – le mouvement à l’expiration. Après mes conseils vous allez saisir ce qui fait du bien et ce qui est inutile.

Il arrive très rarement que pendant la gymnastique on a des sensations douloureuses dans la région de la prostate. Cela arrive parce qu’un ou plusieurs muscles droits qui enveloppent la prostate ou la vessie subissent un spasme brusque. Dans cette situation notez quatre conseils. Le premier: analysez l’amplitude de votre respiration, sa souplesse et la fraîcheur de l’air ambiant. Le deuxième: commencez l’exercice suivant par des mouvements très lents. Le troisième: essayez de trouver l’exercice, suite auquel la douleur apparaît et soit éliminez-le soit faites-le à la fin de l’entrainement quand les muscles sont réchauffés au maximum. Le quatrième: utilisez les savoirs du huitième sujet.

Une autre recommandation importante. Avec le temps toute monotonie des mouvements commence à ennuyer pas seulement la conscience mais également les muscles. Pour avoir toujours un effet important de la gymnastique à l’expiration, ne suivez jamais le même ordre des mouvements, changez-le constamment, et si vous inventez votre propre exercice, ajoutez-le dans l’ensemble.

Гимнастика 7 Французский

Pour conclure. La gymnastique avec des mouvements à l’expiration est un facteur important de rétablissement. Son effet peut être consciemment guidé pas seulement sur la prostate, mais aussi bien sur d’autres organes et parties du corps. Tout cela est parfait. Mais il est impossible de guérir sans une vraie activité musculaire (la marche, la course, la natation). L’adénome prostatique, la prostatite chronique et beaucoup d’autres maladies sont la conséquence, et la véritable raison des problèmes est dans l’anomalie de fonctionnement soit des vaisseaux, soit du cœur, soit des deux. Le système cardio-vasculaire   enveloppe tout le corps et son rétablissement est le plus efficace si le mouvement rend opérationnels la quantité maximale des muscles partout, et en plus le pouls est très fréquent d’une façon raisonnable.   C’est pourquoi le sujet est vidé et je passe à la démonstration de l’utilité des efforts physiques actifs.

CINQUIÈME SUJET. LES  EXERCICES QUI DOIVENT VRAIMENT RÉTABLIR LA SANTÉ  (MARCHE, COURSE, NATATION).

Il y a ceux qui essayent de pratiquer la course pour la prévention des maladies et le rétablissement, d’autres qui font de la natation, pratiquement chacun de nous pratique plus ou moins la marche chaque jour, mais l’adénome prostatique, la prostatite chronique et d’autres maladies surviennent et ne reculent pas. Posez à vous-même ou bien à votre ami qui fait du sport régulièrement, comment peut-on transformer cette activité en thérapie. Pendant des années de recherches je n’ai jamais eu de réponse argumentée à cette question.   La limite entre le bien et l’inutilité de ces efforts n’est pas définie.

Dans ce sujet je vais vous proposer une partie des recommandations qui rendent vos entrainements de marche, course ou natation  vraiment curatifs.

Première règle.  C’est un échauffement. Le corps de chaque personne compte 640 muscles (cela dépend de la méthode de calcul).  Et avant tout, avant de commencer toute activité, il faut les réchauffer avec des mouvements lents pour se protéger de spasmes douloureux et de traumas.

Si vous faites de la marche les premiers 400-500 mètres servent de l’échauffement.

Si vous faites de la course je vous conseille de consacrer la première moitié de la distance à l’échauffement.

Ходьба 7 французский

Si vous faites de la natation, normalement vous sentirez la légèreté et l’amélioration de la souplesse 10 – 15 minutes après le début de la course.

7 Плавание французский

Deuxième règle.  Lors de tout entrainement de la course, de la marche ou bien de la natation, vous devez tâcher d’accélérer les palpitations jusqu’à la limite maximale autorisée. C’est-à-dire, après avoir fait un échauffement je vous propose d’alterner  l’accélération des mouvements et leur ralentissement, et ne pas appliquer le rythme stable mais élevé. Pourquoi? L’accélération des contractions musculaires est la mise en vitesse du sang dans le réseau circulatoire. Ce flux rapide est une procédure  d’épuration, il soit emporté soit surmonte tous les obstacles possibles sur son chemin, alors le sang riche en oxygène pénètre dans les endroits où dans la situation normale pour de différentes raisons il y a des engorgements. La grande vitesse peut être soutenue dans les limites de l’utile pendant une période courte. C’est interdit plus longtemps et la physiologie ne permettra pas.  Il faut se détendre en se ralentissant. Mais le cœur selon les lois de l’inertie va pomper le sang dans le régime maximal, et pendant ces secondes la relaxation musculaire vous aidera à créer la meilleure circulation, c’est-à-dire obtenir un effet curatif maximal de ce mouvement.  Maintenant rappelons-nous les marges du pouls lors de ces efforts:  à 40 ans – 140 pulsations, à 50 ans – 130 pulsations, à 60 ans – 120 pulsations, à 70 ans – 110 pulsations à la minute.

C’est une règle importante, c’est pourquoi en me basant sur l’exemple de plusieurs styles de natation je vais vous montrer comment je supporte le changement de rythme.

Très vite dans une direction, lentement dans la direction opposée. Vous devez définir vous-même la durée d’accélérations et de rétablissements, en fonction de votre état général et de votre entraînement, mais la compréhension totale de la justesse de ce que vous faites arrivera après l’étude du huitième sujet. Je suis sincèrement heureux si vous nagez mieux que moi, sinon, si votre technique est un peu plus faible, ne faites pas d’attention à la mienne. Je souligne que vous pouvez choisir le style qui vous plait le plus. Votre tâche lors de l’accélération est  de rendre opérationnels le maximum de muscles possible, c’est pourquoi faites travailler vos bras et vos jambes à votre aise et ne faites attention à personne.  Lors de la baisse de la vitesse assistez la circulation du sang, donnée par le cœur, par une détention maximale.  La même chose à peu près si vous pratiquez la course ou la marche.

Troisième règle.  Une des erreurs essentielles dans la gymnastique médicale est la devise: «Plus il y en a, mieux cela vaut». Je vais vous annoncer le temps limite  de chaque entraînement, vous en trouverez la justification dans le huitième sujet.  La durée de la course relativement active doit constituer 25-30 minutes, pas plus. La marche médicale peut durer 45 – 60 minutes. Un entraînement de natation peut durer 40-50  minutes.  On peut faire un peu moins, mais pas plus surtout.

Quatrième règle. L’oxygène consommé par vos poumons donne la quantité et la qualité des réactions d’oxydation, donc de l’énergie et des forces. Vous n’aurez jamais la sensation des muscles raides, et surtout de la courbature après avoir terminé les exercices.  Aspirer au maximum et expirer de la même façon – ainsi doit être votre respiration lors des mouvements actifs.

Si vous pratiquez la natation il est correct de faire une rétention aisée après une aspiration profonde, et ensuite une expiration dans l’eau. D’abord il est difficile d’aspirer de l’air, la pression de l’eau empêche. Mais si vous faites d’une façon correcte, cela va vous faire du bien. Si vous faites de la façon imposée par les muscles respiratoires, et au début ces muscles ne veulent pas travailler, alors c’est une fiction.

Si vous pratiquez la marche il faut respirer en faisant de courtes rétentions après une aspiration lente, et si vous accélérer le pouls jusqu’à 85-110 pulsations à la minute il faut respirer sans pauses.

Si vous pratiquez la course vous devez avoir envie de respirer par le nez et par la bouche. Il ne faut pas retenir l’air après l’aspiration, parce que la course donne à la musculature du squelette le tonus le plus élevé de toutes les charges proposées et l’oxygène est à bout.

Maintenant quelques conseils simples et utiles pour tout le monde.

Toute gymnastique doit être faite à jeun uniquement.

Beaucoup de gens ont une illusion grave en ce qui concerne la natation. Les gens qui ont l’hyperplasie bénigne de la prostate ou bien la prostatite chronique croient qu’il est dangereux de se baigner et le sous-refroidissement est lourd de conséquences. C’est vrai. La conductibilité thermique de l’eau est supérieure à la conductibilité thermique de l’air de plus de vingt fois, c’est pourquoi si vous vous trouvez pendant une certaine période dans l’eau à la température de vingt degrés  vous pouvez avoir froid. Premièrement, il ne faut jamais rester longtemps dans l’eau sans bouger. Deuxièmement il existe un minimum optimal. A 24 – 25 degrés  Celsius dans la piscine on peut  nager pendant 50 minutes, l’eau dans la mer, dans un lac est plus froide alors on doit y rester moins.  Quand vous nagez essayez de fermer et d’ouvrir les yeux plus souvent (surtout si vous avez des lunettes spéciales), alors votre vue ne va pas se dégrader après l’entraînement. Expirez et aspirez par le nez et par la bouche à toute occasion. Alors le nez ne sera pas pris (cela concerne ceux qui ont des problèmes avec la respiration nasale).  Une des erreurs les plus graves est la natation en utilisant les bras uniquement. Excusez-moi, mais c’est un peu bête d’améliorer la circulation sanguine  de la partie supérieure du corps uniquement.

Je suis sûr, que tous ceux qui n’ont pas pratiqué la course pendant 30 ou 40 ans, savent, qu’il ne faut pas commencer sans une préparation sérieuse. Un grand défaut de la course, aussi bien que de la marche est que ces types d’entraînement sont traumatiques. Il faut bien connaître la piste. Un endroit avec du verglas, un creux dans l’asphalte peuvent causer des contusions et des distensions, qui donnent beaucoup des soucis, même si elles ne sont pas très graves. Soyez prudents, focalisez toujours votre vue par terre devant vous. Et bien sûr évitez les endroits pollués par le gaz et la poussière.

Les règles de la respiration profonde, de l’échauffement, du changement du rythme, de la modération en efforts ne font qu’une partie du processus. Dans le huitième sujet caché je raconte comment intensifier d’une façon importante l’effet de tout type de mouvement, en activant consciemment dans son corps tous les mécanismes de protection qui détruisent les cellules oncotiques.  C’est pourquoi je vous conseille de commencer à pratiquer la course, la marche ou bien la natation après l’avoir étudié.

Jusqu’à ce que j’aie compris le fonds et les tréfonds  de la gymnastique médicale, mon organisme périodiquement ressemblait à une ruine, un mécanisme abandonné prêt à être jeté aux ordures. L’ignorance toute simple du sens de l’activité physique provoquait la raideur des muscles, les maux aux articulations et même  la dépression psychologique. J’ai eu besoin d’un repos durable pour me rétablir. En plus je n’avais aucun effet curatif.

Tout cela a disparu avec la compréhension du mouvement et de sa physiologie.

SIXIÈME SUJET. À PROPOS DE L’ORDRE ET LA QUANTITÉ D’ENTRAINEMENTS AU DÉBUT DU TRAITEMENT.

Après avoir étudié les informations précédentes, vous avez compris, que l’effet de la gymnastique est se manifeste localement, directement dans la partie du corps où est située la prostate, alors que la course, la marche et la natation améliorent le fonctionnement du système cardio-vasculaire et de l’ensemble de l’organisme sous tous les aspects.

Je justifie tout, alors dans ce sujet je ne renonce pas à cette règle.

Le sommeil d’un malade ayant un adénome prostatique ou une prostatite chronique, est un repos et en même temps un spasme vasculaire de tout le corps, qui est causé par la respiration superficielle accélérée pas contrôlée, par le manque d’air frais dans la chambre.  Au réveil ce spasme peut être coupé uniquement par des mouvements actifs, c’est-à-dire par la marche, la course ou bien la natation.  Il est optimal de faire un entraînement pareil à votre choix le matin, une demi-heure après un réveil peu pressé.  L’alternance des exercices est la plus efficace, par exemple, aujourd’hui vous nagez, demain, à la même heure vous courrez. Vous pouvez bien sûr vous rétablir sans natation, mais si vous commencez à fréquenter la piscine deux ou trois fois par semaine, ce sera parfait et tout à fait suffisant pour le traitement de l’adénome prostatique ou bien de la prostatite chronique.

On connaît la norme journalière de l’activité physique, elle doit atteindre sept kilomètres. Il est plus efficace de partager cette distance en deux parties. Faites la première partie le matin et la deuxième dans la journée. La deuxième fois vous n’êtes pas obligé de courir (si vous pratiquez la course). Cela peut être une promenade à pied avec des accélérations, par exemple, au lieu du déjeuner ou en rentrant du travail.

Le soir il faut préparer votre corps au sommeil, pour se protéger au maximum des futurs spasmes nocturnes dans la région de la prostate. C’est pourquoi commencez à faire la gymnastique à l’expiration deux ou trois heures avant le début du repos passif.

J’ai donné tous les arguments pour que vous n’inventiez pas vos propres exercices. La modification injustifiée de l’ordre des efforts ne vous donnera pas de meilleurs résultats.

Choisissez un jour de repos selon votre état général et votre besoin. Si vous faites tout d’une façon correcte, cela vous fait un plaisir physique sensé. Quant à moi, je faisais un jour de repos une fois tous les sept jours, souvent une fois tous les dix jours si je n’avais pas besoin. Mais il y avait quand même des pauses de deux ou trois jours. Quand les symptômes de l’adénome prostatique ont complètement disparu,  je faisais même des pauses d’un mois. Si vous commencez à mieux comprendre votre organisme il vous indiquera où vous pouvez relâcher un peu. Et si vous suivez les règles exposées dans le huitième sujet après votre rétablissement la gymnastique peut ne pas être hebdomadaire (à votre volonté), mais juste la gymnastique d’entretien.

MAINTENANT JE VAIS SYNTHETISER ET EXPLIQUER QUAND ET DANS QUELS CAS LA RESPIRATION DIAPHRAGMATIQUE EST LA PLUS UTILE. C’EST LE SEPTIÈME SUJET.

Il vous sera plus clair si dans ce sujet j’énumère les recommandations. J’ai déjà beaucoup parlé des règles de respiration, donc ici je ne les répète pas.

Alors.

1. La respiration profonde en état de repos au « sang rapide » est le plus efficace. J’en parle dans le huitième sujet.

2. Respirez d’une respiration diaphragmatique profonde avec des rétentions à l’aspiration environ 20 ou 30 minutes avant de vous coucher ou après le réveil en plein air, si vous ne faites pas de gymnastique ou d’activité physique.

3. Faites quelques aspirations et expirations lentes, si vous vous êtes réveillé la nuit, après avoir visité les toilettes. Ainsi vous favoriserez au moins partiellement la relaxation des vaisseaux, la stabilisation de la pression artérielle et la coupure des spasmes vasculaires. A l’expiration faites contracter les muscles   sphincter.

4. Essayez d’augmenter l’amplitude de la respiration en général, dans la journée. Il est plus facile et plus agréable de l’accomplir dans la position couchée, débout, pendant la marche ordinaire (hors des entraînements). C’est à vous de choisir, on peut faire cinq aspirations avec des rétentions et un peu plus tard répéter, on peut respirer correctement 10 minutes et continuer une demi-heure plus tard.  Quand vous sentez que la respiration superficielle paresseuse prédomine, faites travailler les poumons pendant quelques minutes. Si vous créez cette habitude, ce sera parfait.  Persuadez-vous que les procédures pareilles sont très utiles et vous ne les oublierez jamais.

5.  Respirez d’une respiration diaphragmatique une heure et demie – deux heures après le repas, pour améliorer l’entérokinésie.

6. Si vous sentez la fatigue ou la faiblesse pour se remettre rapidement.

7.  Notez pour toujours que la respiration diaphragmatique a le plus de valeur en plein air, là où le mouvement de courants d’air le renouvelle constamment, et la quantité d’oxygène est maximale.

HUITIÈME SUJET.

99% des savoirs sont exposés dans la méthode, mais le huitième sujet contient l’essentiel.

J’ai eu du mal à réussir ce sujet. Je l’ai fermé à l’accès libre et je l’envoie par e-mail à titre individuel pour une rémunération. Les modalités de la commande sont exposées au début de l’exposé. Mais ici je voudrais parler d’autre chose.

Je reçois souvent des lettres de malades qui me demandent des conseils. Je vous cite ci-dessous un de ces messages. C’est une lettre d’un homme qui n’est pas très âgé.

Bonjour, Gennadiy. J’ai mon propre assortiment thérapeutique que j’utilise avec un succès variable pour traiter l’adénome prostatique. Pourriez-vous le corriger un peu?

Ci-dessous je propose la liste des procédures appliquées par ce malade.

1. La consommation de l’ail et des produits des abeilles (quotidiennement).

2. Tous les deux jours l’alternance de la marche sur le tapis roulant et de la marche nordique (avec des bâtons de ski).

3. Le massage des testicules (des glandes sexuelles masculines).

4. La contracture du sphincter et de la vessie dans les positions différentes.

5. Des dispositions positives au rajeunissement des organes du bassin, la destruction mentale de l’adénome prostatique.

6.  La marche sur les fesses.

7. La respiration avec des rétentions de longue durée à l’aspiration ou à l’expiration.

Je lis cette information je ne sais pas ce que je peux lui répondre et ne pas le vexer, parce qu’il a le caractère combattant et travailleur et je respecte sincèrement ses  intentions. Mais les conseils qu’il a recueilli sont absurdes et l’alternance de l’utile, de l’inutile et du nuisible aboutit à un résultat triste.

Des produits des abeilles sont un remède antibactérien  et n’a rien à voir avec le traitement de l’adénome prostatique, la consommation de l’ail déshydrate et excite les parois de la vessie et la prostate. La marche sur le tapis roulant c’est la marche à l’intérieur. Sans l’air frais, sans connaissance des règles d’amélioration de la circulation elle est inutile dans le meilleur des cas. Le massage des testicules est tout simplement une bêtise.  La marche sur les fesses et la contraction du sphincter peuvent avoir un effet en cas de l’absence garantie des spasmes, au pouls accéléré,  sinon tout cela aura un effet funeste. Les dispositions au rajeunissement sont de l’imaginaire, une divagation franchement. Une rétention à l’expiration est un suicide.

Je voudrais vous proposer d’assimiler une de mes affirmations. Je comprends que chacun de nous est entouré par une quantité incroyable d’informations  de ce genre qui est absolument ignorante, nocive et souvent dangereuse.  Avant d’appliquer une recommandation pour le traitement essayez d’étudier son action d’une manière détaillée. L’hyperplasie bénigne de la prostate est une maladie complexe.  Dans ce cas-là il faut comprendre entièrement pourquoi vous faites quoi que ce soit,  et  obtenir des résultats positifs de ces procédures pendant une courte période.  Si ce n’est pas le cas, toutes les recettes standards ou pas que vous avez recueillies sont du bluff,  et vous allez faire preuve d’une vraie sagesse, en y renonçant. Donc j’ai écrit cette méthode pour que vous puissiez à volonté suivre la voie d’un vrai rétablissement et de plus sans fautes.

 

D’UNE MANIÈRE TRÈS DÉTAILLÉE À PROPOS L’ALIMENTATION LORS DE L’ADÉNOME PROSTATIQUE ET DES LIMITATIONS QUI Y SONT LIÉES. C’EST LE NEUVIÈME SUJET.

Quand l’organisme commence à se débarrasser des maladies, on n’a que ne pas l’empêcher. Les huit sujets précédents peuvent être réunis par une phrase – comment transformer le mouvement en une véritable thérapie puissante, plus précisément, comment généralement d’une manière idéale améliorer la qualité de la circulation de son sang, riche en oxygène et devenir sain sur tous les points Dans ce sujet ainsi que dans le dixième sujet qui suit je vais raconter comment ne pas se nuire consciemment, et comment conserver cette circulation avec les pertes minimales.

On souffre de ce qu’on mange. Pratiquement tout processus de rétablissement doit apporter des modifications dans la ration. Un médecin expérimenté commence par ces conseils. Si les recommandations pareilles sont absentes, alors il est facile d’évaluer le professionnalisme du consultant et de révéler un charlatan. Il est impossible de guérir sans modifications fondées dans la ration d’alimentation.

La science médicale a inventé une multitude de régimes, à tel point qu’une personne intéressée peut être facilement embrouillée par leur diversité. A cause de l’absence d’un système du savoir bien ordonné, les gens sont entourés d’informations  nuisibles et même dangereuses. Alors des mythes sont apparus. L’un de ces mythes déclare que le refus de nourriture soigne l’hyperplasie bénigne de la prostate.  J’ai tout essayé moi-même: des régimes, le jeûne, j’ai formé mon propre opinion objective et je crois que j’ai le droit de l’exposer, parce que j’ai guéri l’adénome prostatique moi-même et ma méthode en a débarrassé   des centaines de personnes. Notez qu’il n’y a pas de recommandations idéales pour chaque personne particulière.  Mais vous aurez une idée claire comment et quand manger si vous étudiez ce sujet profondément. Par expérience je sais que parfois il est très difficile d’influencer le choix d’un malade, c’est pourquoi je vais justifier tout ce que je dis, comme d’habitude.

Malheureusement des composants nuisibles, parfois même dangereux, qui compliquent l’activité vitale, rentrent dans notre organisme aussi bien que des composants utiles. Donc l’objectif du malade est de renoncer à leur consommation ou bien la diminuer au maximum.

Je vais tout caractériser, donc je commence dès le début. C’est-à-dire le jeûne.

Le refus total d’eau et de nourriture, que beaucoup de gens croient le plus efficace lors de l’hyperplasie bénigne de la prostate, est en fait le plus dangereux. Sa durée est individuelle et dépend de nombreux facteurs. Je l’ai pratiqué une fois moi-même  dans les années où on pouvait influencer ma conscience et on me disait que le résultat du jeûne était un miracle qu’on ne pouvait jamais comprendre. J’ai enduré trois jours, le quatrième jour j’ai bu de l’eau, le cinquième jour j’ai commencé à manger. Mon organisme l’a mal vécu, ce qui s’est manifesté en un saut de pression 35 points et en accélération de la fréquence du pouls de 50 pour cent après le repas pour quelques heures. Je n’ai pas découvert d’autres effets secondaires. Mais je n’ai pas eu envie de le répéter. Je ne voulais pas me nuire consciemment.  Je n’impose pas mon avis aux personnes entêtées, mais moi j’interdirais ces privations et j’engagerais des poursuites contre les personnes qui en font de la propagande. La déshydratation dans ce cas-là est associée pour moi avec  la fragilité et la friabilité des vaisseaux et des tissus du corps, la siccité des reins, du foie et d’autres organes. Cela peut devenir irréversible. Je ne prends pas sur moi de prédire quoi que se soit. Notez que le mouvement est incompatible avec le jeûne sec.

Ensuite le jeûne de longue durée avec de l’eau. Je l’ai décrit d’une manière très détaillée dans un article séparé du site.  Je l’ai testé moi-même (j’ai refusé la nourriture complètement pendant 24 jours), l’effet de l’épuration du sang provoque la diminution temporaire des dimensions de l’adénome prostatique. Les symptômes douloureux ne disparaissent pas complètement, et quand on recommence à manger la tumeur recommence à se proliférer. Généralement on ne parle pas des côtés négatifs du processus ou bien on le fait d’une manière peu convaincante, mais dans le cas du jeûne avec de l’eau à cause du manque des matières minérales l’organisme cesse de retenir l’eau et  commence à éprouver la déshydratation. Ses conséquences sont les plus imprévisibles et aucune n’est bonne pour la santé.  Ce processus, par exemple, augmente la rigidité du tissu vasculaire. Le jeûne complet mais pas très durable (3-7 jours)  peut être recommandé aux malades qui souffrent de l’ischurie et ont un cathéter inséré, parce que la durée de l’évacuation de l’urine par le  cathéter est limitée. Je conseille de consommer de l’eau pure bouillie.  Il faut le faire pour couper les spasmes musculaires et soulager l’urination, mais tenant compte d’autres maladies et la perception du processus.  Tous les visiteurs du site ne vont pas suivre cette méthode, mais si, Dieu nous en garde, vous vous trouvez dans cette situation, ajoutez un exercice de respiration, cela aura un effet.

Maintenant je vais parler de l’alimentation. Ce serait logique de commencer par la liste de produits, qui sont interdit à consommer d’une manière catégorique. Je connais la qualité des produits ukrainiens, donc je vais en parler  et vous pouvez faire les conclusions tenant compte de votre lieu d’habitation.

Premièrement ce sont les cancérogènes – les sources de la prolifération rapide et de la segmentation des cellules oncotiques et d’autres microorganismes. Souvent les technologies de la culture de baies, de fruits, de légumes surtout ceux de serre sous-entend l’utilisation des nitrates et des nitrites. Les nitrites sont également ajoutés dans les saucissons et les conserves. Suite à la transformation des produits d’alimentation  le benzopyrène ou le benzoapyrène et les peroxydes  apparaissent,  et leur production ne se passe sans additifs alimentaires.

Vous devez toujours être sur vos gardes si vous avez affaire aux produits avec de longs délais de stockage injustifiés.

Plus précisément. Le cacao est interdit parce que pour sa désinfection il est traité de produits chimiques les plus nuisibles, ainsi que ses dérivés (chocolat, bonbons) qui contiennent en plus des émulsifiants, le café surtout soluble parce que depuis longtemps il n’a rien à voir avec les vrais grains. Il est sursaturé des goudrons de benzopyrène et  possède un effet diurétique inutile. Pour la même raison il est interdit tout ce qui est cuit sur la braise ou dans le four  au traitement thermique fort. Les produits fumés tels que la viande, le poisson, les pruneaux. Le thé très fort, tous les piments forts, le raifort, et surtout l’ail. Tous les produits pimentés tonifient les vaisseaux  pour une courte durée et ensuite déshydrate pour une longue durée. En plus, selon mes observations, la modification de la composition de l’urine et du sang, favorise l’irritation des parois de la vessie et de la prostate même.

J’ai essayé de consommer des sauces vendues dans les supermarchés, mais c’est tout simplement risqué, je n’ai laissé que la crème fraîche. Avec cela il faut oublier toutes les sauces, même celle de soya qui paraît la plus inoffensive, aussi bien que toute sort de ketchup. Elles sont littéralement bourrées d’additifs alimentaires qui sont catalyseurs d’une tumeur, nombreux d’entre elles sont sursaturées d’amidon raffiné très nuisible. Sans compter toutes sortes de noix grillées, saucissons non périssables qui se composent de l’émulsion d’os et de tendons désinfectée avec une réaction chimique  en ajoutant des nitrates. Je ne compte pas les chips, les croquignoles, les petits déjeuners et les déjeuners rapides, préparés en deux minutes dans l’eau bouillante, les boissons sucrées, le poulet qui ne perd jamais sa jolie couleur rose même au soleil. L’effet nuisible de certains additifs est déjà prouvé, celui d’autres est encore en train d’être démontré, et on est en train d’inventer de nouveaux additifs aux composants cancérogènes.

Normalement, le niveau du danger des produits vendus dans les magasins est défini par la vivacité de l’étiquette et la taille de la police qui caractérise sa composition, plus l’emballage est joli et les lettres petites, plus c’est risqué.

Une chose aussi très importante. On n’indique pas tous les composants!

Les produits de serre contiennent le maximum de nitrates et de nitrites.

Cela peut paraître bizarre, mais moi j’achète tranquillement des légumes importés en espérant qu’ils sont scrupuleusement contrôlés.

Les pastèques et les melons sont sursaturés de nitrates.  J’ai acheté ceux qui sont cueilli plus tard et ceux qui ne sont pas très grands. Cela n’a servi à rien, ils ont tous été fertilisé de salpêtre, alors ma prostate sentait leurs composants tout de suite.

Malgré une opinion courante je ne recommande pas catégoriquement les champignons. Ce n’est pas seulement mon observation que le canal alimentaire digestif a du mal à les digérer donc  il y a des conséquences qui suivent. J’ignore absolument pourquoi ils font partie de la nourriture maigre.

Il est interdit tout ce qui contient de l’alcool ou des produits de sa fermentation, parce que sa consommation possède un effet secondaire – la constriction des vaisseaux (dans une mesure ou l’autre). Sans discuter tout alcool, kwas, kéfir, koumys. Toutes sortes de vinaigre, ainsi que les produits qui le contiennent, notamment la mayonnaise industrielle, la moutarde, les légumes de conserve, certains boissons.

Plus fort est le traitement thermique, plus nuisibles sont ses produits.  Malheureusement les plats rôtis sont interdits. L’huile refondue contient des peroxydes. Imaginez-vous le degré de nocivité de la nourriture vendue dans la rue, pour la faire rôtir l’huile est utilisée dix fois minimum.

Ma phrase suivante vous étonnera. Vous comprendrez si vous essayez, mais en raison de spasmes vasculaires causés par  le surplus de chaleur, je ne recommande pas manger et boire dans l’après-midi tout ce qui est chaud.

Franchement parlant d’abord j’essayais de tricher et de consommer un peu de produits interdits.  Sans aucun effet.  J’adorais le café, par exemple, mais j’ai dû y renoncer. L’organisme n’est pas une femme naïve,  on ne peut pas le tromper.

Maintenant passons aux produits, dont la consommation doit être raisonnablement limitée. C’est lié à la durée de la digestion de la nourriture, à sa charge sur l’appareil circulatoire,  les organes d’élimination ainsi qu’aux conséquences suite à sa consommation.

La première règle dit que le canal  alimentaire digestif ne doit pas être surchargé pendant une longue période. La prostate est située à côté de l’intestin, donc toute augmentation de la pression causée par l’excès de déjections, de chyme provoque des spasmes autour de la prostate avec des conséquences. La digestion de pâtes alimentaires, de certains produits au taux important de l’amidon naturel est difficile. Les plus durs pour la digestion sont les pelménis, les vareniks, les mantys, les khinkalis, les raviolis, les pâtes etc. Renoncez complètement aux viennoiseries contenant des additifs alimentaires (de la levure chimique), réduisez la quantité du pain blanc que vous consommez. Je me suis persuadé de la nocivité des viennoiseries achetées. Ce sont de différents gâteaux, tartes, biscuits, croissants. J’ignore ce que le producteur y ajoute et qui permet de les vendre. Que cela reste sur leur conscience. Les viennoiseries faites à la maison sont autorisées dans les limites raisonnables, elles ne représentent pas aucun danger.  Observez votre réaction à la digestion du riz, des pommes de terre, des pois, des haricots, normalement ces produits ne posent pas de problèmes.

Voici un conseil général pour la première règle: ces limitations dépendent complètement du degré du développement de la maladie et si vous vous soigner sérieusement en suivant la méthode, vous pouvez renoncer temporairement à la plupart de viennoiseries, en ne laissant dans votre ration que du pain noir.

La deuxième règle concerne la nourriture qui contient des graisses et des protéines animales.  Ce sont la viande, le lard, le poisson et d’autres fruits de mer, le lait et le beurre, les œufs, le fromage et tous les plats à leur base. Les graisses sont la base du cholestérol qui  empêche la circulation normale du sang dans les vaisseaux, les rend rigides, provoque des engorgements. Réduisez la norme journalière quotidienne du beurre au minimum justifié, en donnant la préférence au beurre plus léger. Renoncez au beurre. Les protéines sont la source de la croissance.  Je n’ai pas inventé les limitations concernant les protéines, j’ai juste tiré les normes de sa consommation justifiées du point de vue scientifique des recommandations datant de 50 ans, quand on ne mentait pas autant. J’ai obtenu «le juste milieu» avec un résultat parfait. Réduisez sa consommation jusqu’à 40 – 45 grammes par jour. Vous trouverez sans problèmes sur Internet des tableaux de teneur. Ce n’est pas un secret. Comme exemple je vais juste citer quelques chiffres: cent grammes de poisson contiennent 17-25 grammes de protéines animales, la même quantité de poulet contient 18-22 grammes, de bœuf 18-20, de lait 3-4, de fromage blanc 14-18 grammes en fonction de la teneur en graisse, de fromage jusqu’à 30, les saucisses 8-12 grammes pour  100 grammes de produit. Quant à la viande rouge, je propose de l’oublier complètement. Si c’est impossible pour vous, ne mangez pas de porc, de bœuf et de mouton dans l’après-midi. La viande est digérée dans l’estomac jusqu’à cinq heures. Le fromage dur ne doit être consommé que le matin.

Je ne suis pas adepte du refus total des produits d’origine animale. On doit respecter les canons selon lesquels on a été créé. Il y a une dizaine d’années tout le monde parlait de la nocivité du cholestérol alimentaire, maintenant on découvre qu’il est nécessaire pour la reproduction de vitamines, la production d’hormones, y compris la testostérone, et selon les dernières données joue un rôle actif dans le fonctionnement du cerveau et du système réfractaire, y compris la protection contre la tumeur maligne. Outre cela, un homme mûr doit avoir la vie sexuelle raisonnable, ainsi que les forces et l’énergie pour le reste. La perfection n’a pas de limites même dans l’âge mûr. Donc ces produits font du bien uniquement.

D’autres conseils pour la deuxième règle. Les protéines et les graisses animales dans le plats et les produits liquides sont assimilées par l’organisme beaucoup mieux que, par exemple, un morceau de viande qui en contient autant. C’est pourquoi je vous conseille de réduire dans votre ration la quantité de lait, des soupes au lait, de la crème fraîche, des soupes de viande et de poisson.  La galantine (le veau, le porc en gelée) est encore plus compliqué.

La présence de plats à la teneur importante de gélatine doit être minimale.

La troisième règle concerne le sel et les produits qui le contiennent.  On a démontré depuis longtemps que l’excès de la consommation du sel par rapport à la norme physiologique peut causer des problèmes divers du cœur et des vaisseaux. Avant ce sujet j’ai raconté comment les rétablir, donc je pense que vous avez compris que c’était un travail important et il faut protéger ses résultats. La limite de la consommation constitue 5 grammes par jour. Pour ne pas la dépasser réduisez au minimum dans votre ration le poisson salé, sec, demi-sel, les marinades, les légumes salés. En suivant la méthode dans la période où vous allez travailler sur la diminution du volume de la prostate, renoncez à ces produits complètement.

Le régime potable. J’ai souvent entendu certains médecins dire qu’il fallait limiter la consommation du liquide et d’autres qu’il fallait boire avec excès. Les uns et les autres ont tort. Le bilan hydrique doit être conservé et maintenu dans le même état dans lequel il assure l’activité vitale normale de l’organisme. Si on admet la déshydratation, les problèmes de la prostate vont s’aggraver et s’accroître à cause de la congestion du flux sanguin devenu plus dense. Lors de la consommation d’un excès de liquide on peut surcharger le système sécrétoire d’urine. Même s’il n’est pas surchargé, au cas où le malade souffre de la miction très fréquente, serait-il à l’aise d’évacuer ces excès?

La qualité d’eau doit bien sûr être haute, je conseille également de renoncer aux boissons gazeuses.

Passons au régime alimentaire. Par expérience j’ai compris que chaque personne a ses particularités individuelles, donc aucun conseilleur ne peut choisir pour le malade son emploi de temps mieux que s’il le fait lui-même en utilisant les savoirs raisonnables.  La nourriture est quand même un plaisir et elle propose de nombreuses tentations. Ce n’est pas un diététiste qui doit vous influencer mais votre propre conscience. Je vais vous donner le maximum de recommandations, vous n’avez qu’à choisir celles qui vous conviennent le plus.

Ne mangez jamais jusqu’à la sensation de la pesanteur dans l’estomac (c’est de l’hypernutrition).

Renoncez à la consommation des protéines animales dans l’après-midi.

Certains ont le repas cinq fois par jour, comme c’est prescrit (en tenant compte d’autres maladies),   d’autres mangent trois fois par jour (quand ils ont faim). Essayez de réduire la quantité de repas par jour, par exemple,  de cinq à quatre ou bien de trois à deux, sans augmenter la quantité de nourriture pour chaque repas. Avec cela faites un accent sur votre état général, contrôlez votre poids. Si vous devez contacter des établissements de cure, un peu plus tard faites un test de sang et tirez vos conclusions. Je me permets de dire que depuis des années je suis deux repas par jour avec un petit déjeuner tardif et copieux et un diner léger assez tôt. Au dîner je ne mange que des aliments végétaux. En suivant ce régime parfois pour quelques jours je passe à un repas par jour sans protéines et graisses animales (2-3 fois par mois). Pour moi c’est une sorte de prévention. Avec cela mon poids reste stable.

On peut également au choix par exemple trois fois par semaine avoir dans sa ration des aliments végétaux uniquement.

J’accueille favorablement l’idée des jours de diète (24 heures sans nourriture, que de l’eau pure dans la ration).  Pendant cette période l’organisme se purifie partiellement, la déshydratation n’a pas lieu, les réserves d’énergie sont suffisantes pour l’activité physique,   en gros, je ne vois pas de mal. Il est raisonnable d’organiser ce genre de diète une fois tous les 7-10 jours.

L’abstinence durable des protéines et des graisses d’origine animale pendant 30 – 45 jours est une procédure assez efficace à l’étape de la diminution des dimensions de la tumeur. Les meilleurs résultats sont manifestés si on combine ces règles avec un repas par jour. Pendant la période de traitement je suivais ce schéma moi-même.

Toutes ces recommandations peuvent être appliquées si vos réserves énergétiques permettent de pratiquer la gymnastique active.

Qu’est-ce qui fait du bien ?  Tout ce qui n’est pas cité dans la partie sur les produits nuisibles. Le menu est simple : du pain noir et gris, des fruits et des fruits secs,  toutes sortes de baies, tous les légumes, surtout des graines crues du potiron et du tournesol. Des huiles pas raffinées et des produits qui n’ont pas subi de traitement thermique. Du miel naturel pour remplacer les sucreries, des compotes sans sucre, du thé d’herbes ou du thé vert ou noir pas très fort. En général toutes sortes de noix (crues) sont accessibles. Quant à moi je me rassasie bien avec des pommes de terre, toute kacha des céréales, surtout des pois,  d’autres préfèrent les plats des haricots ou du maïs.

Encore une règle importante. Les plats de votre ration doivent avoir une composition très simple avec un minimum d’ingrédients.

Pour synthétiser. La nourriture ne guérit pas, car le milieu nutritif rentre dans les tissus malades aussi bien que dans les tissus sains. La délivrance des tumeurs et des inflammations de nos jours est compliqué en premier lieu par la sursaturation des produits en cancérogènes et l’impossibilité pour un simple consommateur de définir leur degré de nocivité. Si l’alimentation n’est pas contrôlée, cela aboutira aux conséquences irréversibles. Si elle est justifiée et équilibrée, les limitations raisonnables peuvent améliorer la composition du sang, la qualité du tissu vasculaire, donc vous n’aurez aucun obstacle sur votre voie vers le rétablissement. L’une des règles essentielles est de consommer autant de nourriture qu’il vous faut pour vos dépenses énergétiques, pas plus.

Encore un détail. Cela peut paraître paradoxal, mais les malades dont la prostate est plus sensible aux produits dangereux et composés, peuvent se guérir plus vite et plus facilement. Ils peuvent réagir à la nocivité à temps et se réorganiser.

On peut penser: «Un peu trop de limitations!?» Premièrement on doit tôt ou tard connaître la vérité. Deuxièmement il faut chercher. Donc quelque part on trouve toujours du vrai poulet ou du lapin, des tomates pures ou des cerises, des pommes de terre ou des légumes inoffensives. Et troisièmement je vous jure qu’après avoir bien organisé votre alimentation, vous aurez rarement faim.

Je répète. Le sens de l’alimentation est de ne pas empêcher à guérir.

Ce qui est nuisible, est nuisible pour tout le monde.

Et pour terminer. Toutes limitations rendent la perception de la personne plus forte. On n’obtient pas seulement le plaisir du produit mangé, de la saturation, mais également la compréhension de quoi on a besoin pour être heureux. En même temps on a une possibilité de se voir de l’autre côté pour changer ses priorités dans la vie.

Je ne donne pas de conclusions dans ce sujet sur l’alimentation, parce qu’elles sont dans chaque phrase.

SIXIÈME SUJET. À PROPOS DE L’AUTOCONSERVATION ET L’AUTOCONTROLE EN CAS DE  l’HYPERTROPHIE BÉNIGNE DE LA PROSTATE.

Je comprends bien que tous les visiteurs du site ne vont pas pratiquer la méthode «Sans adénome prostatique», mais beaucoup de renseignements seront d’un intérêt et d’une utilité particulière. C’est pourquoi, dans ce chapitre, comme dans les précédents, je vais les exposer avec beaucoup de détails. En prenez connaissance. Lisez jusqu’à la fin, vous trouverez des conseils qui, à mon avis, seront une vraie découverte pour vous.

Un des conseils clé. Si vous prenez la décision de guérir à l’aide des connaissances exposée dans cette méthode, arrêtez de vous faire mal. Je ne veux pas dire que vous devez renoncer aux médicaments, surtout de ceux qui sont vitalement indispensables. Mais il ne faut pas balancer le périnée sur une balle de tennis ou appliquer la pommade brûlante destinée à d’autres fins. Vous ne devez pas insérer et utiliser des vibrateurs dans l’anus ou des pompes sur le pénis. Aucune  de ces procédures n’améliorera la fonctionnalité de la prostate et ne renforcera la circulation sanguine autour de cette zone. Vous ne pouvez même pas imaginer combien de mauvais conseils peut voir un œil expérimenté de la hauteurs des connaissances raisonnables. C’est effrayant.

Commençons par le repos passif. Le sommeil c’est la période de la respiration non contrôlée. Le dormant consomme beaucoup moins d’oxygène. Cette passivité provoque le serrement des vaisseaux sanguins. C’est une bonne réaction pour une personne saine, mais si l’organisme du malade est déshydraté, si son lit vasculaire est plein d’obstacles, le sommeil devient une vraie épreuve avec des conséquences dangereuses. Notamment, c’est pour cette raison que la plupart des  congestions cérébrales  et des infarctus se produisent tôt le matin. Les réveils nocturnes et visite fréquent des toilettes chez les patients touchés par l’adénome prostatique ou la prostatite chronique sont de même genèse.

Qu’est-ce qu’il faut faire pour soulager les souffrances douloureuses?

D’abord, parlons d’air que nous respirons. Malheureusement, dans la plupart de nos maisons et nos appartements, il est impossible de maintenir une bonne aération. Dans les chambres destinées au repos, il n’y en a pas du tout. Il faut dormir sans courir le risque de refroidissement. Il est important de respirer l’air frais. En général, on est obligé de choisir. Il faut préférer la chaleur, plutôt trouver le juste milieu.

Si les toilettes sont en dehors de la maison, il faut éviter complètement le moindre refroidissement.

Si à votre réveil vous ne ressentez pas l’air frais, après les toilettes approchez-vous de la fenêtre ou du vasistas, ouvrez-le relaxez-vous, faites quelques aspirations abdominales avec le délai confortable, expirez en contractant le sphincter anal. Ainsi, vous enlèverez le spasme vasculaire à la prostate.

Ces conseils sont bons pour tout le monde. Si la situation est proche à la situation d’urgence et vous risquez d’avoir un œdème avec la rétention d’urine, si vous êtes conscient de cette menace, ne provoquez pas le remplissage complet de la vessie. Remontez votre réveil pour vous réveiller aux toilettes.

Une heure et demie ou deux heures avant de se coucher, arrêtez de boire de liquide et juste avant de se coucher, allez dans les toilettes.

Avant de se coucher et juste après le réveil, contrôlez votre poids.

La plupart de gens perd un peu de poids vers le matin. C’est une perte de liquide tout à fait naturelle. Personne ne fait pas trop attention à ce phénomène. Peut-être, ce n’est pas encore le temps. Je pense que ces changements représentent une des causes des visites nocturnes des toilettes.

Afin de retenir le bilan hydrique, essayez d’augmenter la consommation des produits riches en graisse végétale (grains de potiron, de tournesol, des noix, des huiles d’olive et de tournesols), s’il n’y a pas de contrindication. le plus efficace serait d’administrer les huiles comme tout médicament, à jeun, avant le repas. En cas de cholécystite et la maladie lithiasique (à ne pas confondre avec l’urolithiase), l’administration de ces produits est contre-indiquée.

A propos de l’hydrothérapie. La chaleur de l’eau ou sa combinaison avec le froid doivent être utilisé selon l’indication. Si vous comprenez l’effet produit par l’hydrothérapie, vous ne vous ferez jamais du mal.

Il convient d’éviter le bain chaud, même l’oublier complètement (la pression d’eau chaude provoque le spasme durable des capillaires sous-cutanés).

La douche très tiède réduit momentanément la tension artérielle. Il est à l’éviter avant le sexe.

La douche alternante tonifie, favorise l’activité, augmente momentanément la tension et la vitesse du flux sanguin. Malgré les stéréotypes, je le recommande dans la plupart des cas. Ne faites pas le contraste plusieurs fois au cours d’une seule procédure. L’excès du froid peut entrainer les spasmes vasculaires plus profonds. Sans le ressentir, vous pouvez franchir cette limite au-delà de laquelle la thérapie apporte du mal. Il serait plus efficace si vous terminez la procédure avec la douche froide. Si vous souffrez de l’hypertension, les problèmes cardiovasculaires, douchez-vous partiellement, le visage, les jambes, les mains, la zone du bassin. Ne touchez pas le thorax.

Dans la plupart des cas, la cause de l’impuissance sexuelle est le spasme « chaud » des capillaires et des artérioles du pénis, car dès que l’organisme ressent l’arrivée de la maladie, il passe au régime: il n’y a jamais trop de chaleur. C’est même mieux que la modération. malgré les stéréotypes stupides, mais vivaces, après l’hygiène des organes génitaux, du périnée et de l’anus, terminez toujours la procédure avec une courte douche froide de ces parties du corps suivie des frictions avec la serviette (d’après le principe du froid au chaud) et le réchauffement. Comme résultat, vous provoquerez le remplissage bénéfique des vaisseaux avec du sang et améliorerez la circulation sanguine.

Les spasmes causés par la douche très froide ou la plongée dans l’eau froide est très dangereux et peut porter un préjudice corporel. L’adénome prostatique est la maladie causée par des vaisseaux à problèmes. ils ne sont pas très élastiques. Le froid peut provoquer des spasmes durables qui n’auront que des effets négatifs.

On demande souvent, si les bains (la sauna) sont autorisés, on pose des questions aux médecins sans toutefois recevoir de réponse compétente. En cas du cancer de la prostate, ainsi que des complications des problèmes de la tumeur bénigne ils sont strictement interdits. Mais si l’état de santé est bon, si la séance ne dure pas trop longtemps, si on se réchauffe seulement sans avoir pour objectif de suer au maximum, mais d’influencer de manière positive le système vasculaire, à plusieurs reprises, à des températures raisonnables, sous le contrôle total de la situation, je pense que cette thérapie pourrait bien apporter du bien. Passer trop de temps dans les bains est très malsain. Le meilleur résultat n’est pas assuré avec l’eau froide, mais avec l’air frais, c’est-à-dire en hiver. Après le bain buvez de liquide et ne mangez pas pendant deux heures. Ce n’est pas la vie si on se refuse de tout.

Dans l’organisme humain, tous les éléments sont interdépendants. En général, les sensations douloureuses, l’augmentation de la tumeur provoquent l’augmentation ou la baisse de la tension artérielle. Si vous ne savez pas encore, je vous conseille d’apprendre à le contrôler. Il vaut mieux le faire par vous-même. Le tonomètre le plus exacte n’est pas celui automatique, mais le plus simple avec le manomètre anéroïde.

Je recommande aux personnes prédisposées au changement de la tension artérielle ou sensibles au changement climatique d’analyser les conditions qui provoquent le plus souvent des situations pareilles. Le mouvement va vous guérir, mais il faut être prêt à réduire la charge sur l’organisme, en rationnant provisoirement son alimentation. Alors, vous pourrez éviter des spasmes dans la zone de la prostate.

Les vêtements au niveau du bassin doivent être décontractés tout en assurant l’aération raisonnable. Les slips ne sont à utiliser qu’à la piscine. le reste du temps, portez des caleçons.

Un conseil que plusieurs d’entre vous verront impossible. Ne pas rester assis, ou bien réduire au maximum cette position. Mieux serait de rester debout ou couché. Sinon, choisissez une telle position assise qui permettra la respiration normale.

La température normale de nos membres est en moyenne dix degrés moins élevée que la température de notre corps. Maintenant imaginer que le surrefroidissement peut encore réduire la température des pieds encore de dix degrés ou même plus. Le sang veineux apportera le froid vers la prostate. Les conséquences pourraient être imprévisibles. Il est également très dangereux de se trouver au courant d’air, pas seulement au cours du sommeil, mais aussi dans la journée et dans la saison chaude. Tous les problèmes sont dus au manque de mouvement dans ces conditions. Presque tous connaissent les effets négatifs de surrefroidissement, pourtant peu d’entre vous pense à l’action négative de la chaleur extrême. L’excès de la chaleur et de la radiation solaire sont très dangereux. Il vaut mieux de ne pas prendre cette risque. Il est interdit de bronzer au soleil. Il faut également se protéger contre la déshydratation La chaleur anormale réduit la puissance sexuelle. Les journées les plus chaudes, il convient de rester actif tôt le matin ou le soir. Ce serait très juste.

Самосохр.7 французский

Protégez votre hypophyse et hypothalamus de toute action atmosphérique négative. je pense que nous ne sommes pas conscients de toute importance de ces mesures. Actuellement, sortir dans la rue sans couvre-chef est strictement contre-indiqué.

Prenez garde de ne pas aspirer de la poussière des mines, de ciment, de charbon, de verre, ainsi que de l’oxyde de carbone, phénol, aldéhyde formique, des gaz de produits d’entretien.

Il serait bien de faire les contractions du sphincter anal après chaque visite des toilettes, de l’acte sexuel, et de l’élévation du poids, en toute position debout, assise et couchée. C’est-à-dire quand la pression intérieure ou extérieure à la prostate est réduite. L’aspiration avec la pause et les contractions à l’expiration uniquement.

Sans façon, je peux parler de la menace des vibrations et des vibrateurs, de l’inutilité de l’ultrason et des stimulateurs électriques. Je ne veux même pas perdre le temps pour démontrer tout le danger de ces objets dégueulasses. Certains commerçants ont déployant pas mal d’efforts pour faire la publicité d’un de ces appareils (MAVIT) qui aurait exercé un effet curable à l’adénome prostatique. Parmi ses principes de fonctionnement, on trouve les vibrations faibles. J’en ai un chez moi. Je l’ai acheté pour quatre cent cinquante dollars il y a longtemps. Après l’aggravation de mon état après l’utilisation de cet appareil, je voulais le rendre au fabricant pour quarante dollars, c’est-à-dire moins de dix pour cent de son prix de vente. Ils ont refusé de le reprendre. Je le garde comme symbole de l’escroquerie légale. Actuellement, cet appareil compte des dizaines de clones.

Il est contre-indiqué de rouler trop en voiture, comme au volant, ainsi qu’en qualité de passager. Les vibrations dues aux chocs à la route associées au fonctionnement vibratoire du moteur, la position assise et l’excès de la chaleur peuvent aggraver votre état et créer des problèmes d’urination. Pendant les trajets, utiliser la respiration abdominale profonde, ça peut aider. Dans les transports en commun, je conseille de vous déplacer en position debout.

Les voyages à vélo sont utiles jusqu’à ce que la tumeur ou l’inflammation n’apparaisse. Vous vous asseyez dans la selle, vous appuyez avec tout votre poids sur le tissu affecté, les vaisseaux qui l’entoure, tout en travaillant lentement avec vos jambes. C’est très rare qu’on peut voir un cycliste du certain âge qui se déplacerait vite. Du point de vue de la physiologie, je n’y vois rien de bien. A moins que vous n’utilisiez pas la selle ce qui n’est pas si facile que ça. Je propose à tous ceux qui ont ce matériel faire preuve de générosité et de l’offrir à vos amis ou à vos proches pour  oublier les pédales et se déplacer à pieds, en alternant les efforts.

Pour cette même raison, en cas de l’adénome prostatique, le massage de la prostate est contrindiqué. Si dans l’enfance il vous arrivait d’avoir une bosse, on ne la traitait pas quand même avec la pression permanente ?! Le massage des autres parties du corps doit être bien fondé et de courte durée.

faites attention avec l’élévation du poids. Il est interdit de pratiquer la musculation ou des haltères. En même temps, il ne faut pas se croire handicapé. Votre obligation est d’aider votre femme à porter un sac lourd. Ça fait du mal quand c’est régulier.

Il y a des médicaments qui pourraient aggraver la situation: diurétiques, décongestionnant, antihistaminiques. Le principe essentiel du mal apporté par ces remèdes consiste en ce qu’ils dilatent ou resserrent partout, où il le faut et il ne le faut pas. Je n’administre pas les médicaments depuis longtemps. Le seul conseil que je peux y donner, c’est d’être curieux et d’analyser au maximum le médicament avant son administration. Les notices d’emploi n’indiquent pas tous les effets secondaires.

Je pense qu’étant donné tout ce qui précède vous avez compris qu’il est important de contrôler votre état nerveux et non seulement pendant les exercices. La vie est telle qu’il n’est pas toujours possible d’éviter les stress. Mais vous pouvez réduire leurs effets psychologiques à l’organisme.

Toute activité demande du repos. Surtout si vous avez fait un bon travail pour votre santé. Surtout à partir du moment où votre état commence à s’améliorer. Reposez-vous quand vous voulez et non pas d’après le calendrier. Si vous suivez les connaissances reçues, cette envie n’apparaîtra pas longtemps. A ces moments de repos, je vous conseille d’analyser le passé et vous faire des éloges si vous l’avez utilisé avec l’utilité. Parfois, il faut prendre plaisir de ne rien faire. Après le travail, le corps le perçoit comme du bien. La seule chose dont on ne doit pas se reposer c’est la bonne respiration.

Jusque-là, j’ai fait la liste des conseils, mais maintenant je dirai la phrase clé. Pour guérir, il est nécessaire de prendre l’habitude d’analyser la journée vécue. Analysez ce que vous avez mangé, ce qui a entraîné l’amélioration de votre état, ce que vous avez fait du bien ou du mal pour votre organisme.

On peut avoir le taux de fer normal, passer parfaitement la journée, mais dormir la fenêtre ouverte, même pendant le temps chaud, se découvrir et dormir les pieds nus en provoquant leur surrefroidissement ce qui pourrait passer inaperçu pour vous, mais serait assez douloureux pour la prostate, provoquerait le spasme musculaire autour du vessie et des visites nocturnes des toilettes.

Comment ne pas comprendre d’où vient le problème ?

N’oublier pas le mot autoconservation.

ANALYSE DE L’ETAT ET DES CHANGEMENTS QUI SE PASSENT DANS L’ORGANISME PENDANT LA PÉRIODE DE TRAITEMENT. C’EST LE ONZIÈME SUJET.

Je fais exprès d’exposer ce sujet pour terminer. Tout doit être plus clair. La logique et la corrélation apparaissent. Les phrases sont courtes (pour que votre conscience assimile bien cette information), mais chaque phrase a beaucoup de sens.

La pratique de la gymnastique à l’expiration donne un effet local sur la région du bassin et sur la prostate même en améliorant la qualité de la circulation sanguine. Le flux sanguin bien accéléré lors de son accomplissement est le renforcement des actions protectrices de l’organisme ainsi que de l’élasticité des vaisseaux notamment dans la région de la prostate.

L’activité physique   (la marche, la course, la natation) rétablit le fonctionnement  de tout le système cardio-vasculaire, en excluant les manifestations des influences négatives de son côté aussi bien qu’elle renforce l’immunité sans réserves.

Tout entraînement en combinaison avec la respiration profonde, la relaxation stabilisent la pression artérielle, favorise la coupure des spasmes musculaires, la dispersion des engorgements.  Le métabolisme commence à devenir idéal.

Les règles d’alimentation recommandées créent un obstacle pour la composante énergétique en limitant la rentrée dans l’organisme des cancérogènes et des protéines animales qui sont une source de croissance de la tumeur. On exclut l’amidon raffiné, l’excès de graisses, de sels pour faciliter le fonctionnement du système cardio-vasculaire. Le canal alimentaire digestif n’est pas surchargé par les produits qui compliquent la digestion.  Le bilan hydrique est maintenu d’une manière raisonnable.

L’observation des règles de l’autoconservation, le simple autocontrôle excluent toutes les influences extérieures négatives qui favorisent le développement des symptômes de la maladie.

Tout  l’ensemble de mesures, y compris obligatoirement celles qui sont cachées dans le huitième sujet, détruisent la tumeur ou le processus inflammatoire sous tous les aspects, sans laisser à l’adénome prostatique et à la prostatite chronique aucune chance au développement, et même à l’existence. Le plus intéressant est que chaque mesure ne possède pas le moindre effet secondaire négatif.

Maintenant je veux m’adresser aux gens qui ont une attitude sceptique et critique avec une proposition alléchante au premier abord. Si vous trouvez dans la méthode une seule déclaration pseudo-scientifique et l’argumentez, je vais vous envoyer le huitième sujet gratuitement et sans retard.

C’EST PRESQUE TOUT, MAIS JE VOUS PRIE DE LIRE MON RÉCIT JUSQU’AU BOUT.

J’ai essayé d’exposer mes savoirs et mes pensées d’une manière très simple, en éliminant exprès le maximum de termes spécifiques, pour que le matériel soit clair à toute personne intéressée  indépendamment de son niveau d’éducation médicale. J’ai justifié presque toutes les recommandations. Je ne vous ai pas imposé aucune idée stupide qui sent de l’obsession, comme c’est l’habitude maintenant, surtout sur Internet.

J’ai épié moi-même, mes proches, la nature,  j’ai tout testé moi-même, j’ai annulé le verdict imminent, j’ai tiré une dizaine de conclusions. L’essence de la méthode est qu’en influençant correctement le fonctionnement de l’organisme vous allez vous rétablir presque immédiatement et sans douleur.

Je ne suis pas un écrivain professionnel, mais en préparant ce texte je comprenais qu’un malade avait besoin d’une information précise, sans phrases et mots superflus. Je m’écartais au minimum du sujet, j’ai dit beaucoup de choses, mais je l’ai dit. Je vous assure qu’après avoir assimilé complètement cette méthode,  vous allez comprendre qu’elle ne prend pas beaucoup de votre temps. En plus vous ne vous souviendrez pas de ce fait, parce que le processus pareil vous apportera de la vraie satisfaction physique et morale. Les gens qui la pratiquent me disent et m’écrivent qu’ils attendent avec l’impatience le début d’entrainement.

De mon niveau actuel de savoirs je ne prends pas au sérieux ni l’adénome prostatique, ni la prostatite chronique, ni l’impuissance. Plusieurs maladies non congénitales du système cardio-vasculaire peuvent aussi être vaincues, surtout au stade initial, aussi bien que des dermatites comme le psoriasis incurables pendant des années passent également. Les varices, les maux de la colonne vertébrale et des articulations considérés comme graves, les problèmes du canal digestif, du système respiratoire disparaissent également.

Personne n’est assuré contre rien dans sa vie, si jamais vous sentez des symptômes de malaise, de refroidissement, faites la gymnastique, la transpiration sortira et la maladie ne viendra pas. C’est ce que je sais par mon expérience, ce que mes anciens patients m’ont raconté, vous pourriez aussi me parler de votre expérience.

Mais tout le monde est sûr que ces diagnostics sont pour la plupart pratiquement incurables. Certainement avant de faire connaissance de la méthode la plupart de vous croyaient la même chose.  Je le dis parce que l’étape d’assimilation n’est pas très simple. Je vous demande encore une fois d’étudier attentivement tous ce que j’ai exposés et ne pas seulement faire les exercices pratiques mais aussi vous faire un effort d’entrer dans tous les détails théoriques. La méthode comprend beaucoup de règles importantes, surtout concomitantes. Parfois une phrase de cinq mots résulte des mois de recherches, des moments de désespoir, du risque important pour la santé à cause de petites et grandes fautes. Plusieurs fois j’ai abouti à une impasse et j’avais envie de capituler de désolation devant la maladie. Je ne le dis pas pour me vanter mais pour montrer que dans le cas où vous n’obtenez pas de résultats concrets, analysez s’il vous plaît vos actions et comparez les avec mes recommandations. N’hésitez pas à poser des questions si vous n’arrivez pas à comprendre.

Par expérience je sais que les erreurs essentielles sont faites lors de la respiration diaphragmatique et dans l’organisation de l’alimentation.

Il est plus difficile de se rétablir s’il fait très chaud et la température ambiante dépasse constamment +30  ͦC, mais les recommandations exposées dans le huitième sujet vont orienter votre travail sur vous-même dans la bonne direction.

Aucun entraînement ne doit provoquer l’aggravation de votre état général, l’apparition de symptômes douloureux importants. La seule exclusion qui est plutôt rare est le changement des règles de respiration. J’ai caractérisé cette situation.

Ceux qui sont les plus curieux demandent combien de temps il faut pour se débarrasser de la maladie.

Notez, qu’aucune maladie n’est traitée longtemps si on sait comment la traiter et on procède correctement. Il est impossible de ne pas guérir, si on ne nie pas les motivations physiologiques. Si vous étudiez tous et suivez précisément les recommandations proposées, à mon avis après 1,5-2 mois d’exercices vous comprendrez la vraie valeur de ces savoirs. La respiration correcte, la gymnastique, l’activité physique raisonnable vont vous rendre pas seulement sains mais aussi actifs et pétillants de vie, et aboutiront à la longévité.

Encore quelques accents. Je n’arrive jamais à respecter le régime et je ne vous le conseille pas. Même étant gravement malade, je ne le respectais pas précisément. J’étais discipliné en ce qui concerne la fréquence d’activités. Un jour j’allais à la piscine sans réfléchir à ce que j’allais faire le jour suivant – courir ou bien marcher. Je choisissais mon itinéraire en sortant de la maison. S’il faisait froid et humide, je faisais un effort pour tomber amoureux du mauvais temps et je sortais me promener. Si je pratiquais la course pas très tôt le matin et captais des regards surpris, je rejetais de côté ma gêne naturelle.

Bien sûr j’aurais pu économiser mes forces vitales et mon temps si j’avais compris avant qu’il fallait travailler d’une façon compétente. C’est-à-dire je savais chaque jour et c’était le plus important que j’allais travailler malgré tout, même malgré l’absence de connaissances sur la maladie. Vous les avez en main. C’est un atout important, comme disent les jeunes aujourd’hui – une bombe d’information. S’il vous plaît ne faites pas de cérémonies avec votre maladie. C’est une saleté qui n’a pas droit à une telle quantité d’attention envers elle, elle doit être détruite, ne laissez pas la moindre chance à l’adénome prostatique et à la prostatite chronique.

Ce n’est pas l’espoir qui doit habiter dans votre conscience mais les connaissances justifiées qui aboutissent au rétablissement.

Pour bien vivre il ne faut pas faire des efforts énormes, il faut travailler en s’orientant vers un but précis.

Tout de même la santé n’est pas de l’or ni du diamant, c’est du cosmos.

Avec mes sentiments distingués, surtout pour ceux qui ont un bon moral, Gennadiy Plotyan. Bon courage.

P.S. L’information pour ceux qui font du plagiat. Le droit d’auteur dans tous les pays est protégé par la législation.